Stéphane Bourgouin invité du 13ème Festival du Polar de Villeneuve-Les-Avignon ©BàC

13, un chiffre porte-bonheur pour le Festival de Polar de Villeneuve-lez-Avignon. C’est l’écrivain et consultant Stéphane Bourgoin qui a été choisi pour ouvrir cette 13ème édition, avec une conférence consacrée au plus célèbre des serial killers : Jack l’éventreur …

1888, quartier de Whitechapel au cœur de Londres … c’est le point de départ de ce qui restera sans doute l’une des énigmes les plus célèbres de l’histoire du crime : 5 femmes sont sauvagement assassinées par celui que l’on surnommera rapidement Jack l’éventreur.

L’écrivain et expert en tueurs en série Stéphane Bourgoin connait le dossier sur le bout des doigts, mais ne se risque pas à donner le nom de l’éventreur :« Autant j’ai pu résoudre d’autres “cold cases”, comme le Dahlia Noir, autant là, en toute honnêteté, il m’est impossible de pointer du doigt tel ou tel individu.» En revanche, ce spécialiste, passé par Quantico (le centre de formation du FBI), prend un malin plaisir à démonter les thèses souvent fantaisistes sur l’identité de l’éventreur : «L’affaire traîne un certain nombre de légendes urbaines et de rumeurs, donc j’ai voulu revenir aux faits. » Et ces faits, il les expose donc dans un livre, Le Livre Rouge de Jack l’éventreur (sorti en 1992 et réactualisé depuis), mais aussi au travers de conférences, qui affichent généralement complet. C’était le cas ce vendredi 29 septembre à la Médiathèque de Villeneuve-lez-Avignon dans le cadre du 13ème Festival du Polar. Une centaine de personnes, passionnés ou curieux, s’étaient déplacés pour écouter l’expert démontrer par A+B  que ni le chirurgien de la Reine Victoria, ni l’écrivain JM Barrie, longtemps suspectés, n’étaient Jack l’Eventreur. « C’est à partir des faits et uniquement des faits que j’ai pu détruire certaines légendes urbaines, comme celle colportée par le célèbre téléfilm avec Michael Caine … ».

Moi, serial killer

C’est le 22 novembre que sortira le nouvel ouvrage de Stéphane Bourgoin, baptisé « Moi, Serial Killer », un recueil d’autobiographies de 12 tueurs en série contemporains, écrit à la première personne. Un ouvrage cru, à ne pas mettre entre toutes les mains, selon les propres termes de l’écrivain. « Ce sont sans doute les textes les plus dérangeants que j’ai eu à écrire (…) et je me suis même permis de m’autocensurer (…), j’ai un petit peu édulcoré certains passages beaucoup trop crus à mon goût ».

Des histoires aux contenus sordides, glauques, malsains, et qui remportent pourtant un succès énorme, et Stéphane Bourgoin en est le premier surpris. « C’est assez incroyable. Ma page Facebook tourne, les jours les plus faibles, à 25000 visiteurs différents. Mais comme le dit Alfred Hitchcock , pour avoir un bon film policier, il faut un très bon méchant. Quel meilleur méchant à notre époque moderne que le serial killer ? Il représente l’ogre, le vampire, le loup garou des contes de fées d’autrefois ». Autre motif de surprise pour Stéphane Bourgoin, le manque de parité dans son lectorat et son auditoire : « ce qui me frappe beaucoup, c’est que sur ma page et dans mes conférences, j’ai au minimum 80 à 90 % de femmes ».

Meilleur en cuisine qu’en serial killer

Et quand on lui demande d’où lui vient sa propre fascination pour les serial killers, Stéphane Bourgoin met les choses au point : « je n’ai aucune fascination pour les tueurs en série (..). C’est le destin qui a voulu que ma première compagne soit assassinée et violée par un tueur en série, voilà pourquoi à partir de 1978, je me suis intéressé à ce qu’on appelait à l’époque les tueurs fous.» Depuis, Stéphane Bourgoin a « interviewé » pas moins de 77 tueurs en série, des documents filmés qui servent désormais à la formation des profilers, chez nous en France comme outre-atlantique, dans les locaux du FBI.

Des tueurs en série … télé

Mais peut-on vraiment sortir indemne d’une vie qui tourne quotidiennement autour de tueurs et de crimes de sang ? « Je n’ai aucun problème pour le gérer, explique Stéphane Bourgoin. J’ai appris à le faire depuis très longtemps. Lors des entretiens avec les tueurs, je joue un rôle, je dois devenir entre guillemets leur confident (…) et une fois que c’est terminé, je passe à autre chose. Je suis aussi passionné par le cinéma, par la cuisine, je suis meilleur en cuisine qu’en serial killer ! Je m’occupe de mes animaux, de mon jardin potager ». Bref, Stéphane Bourgoin est un véritable touche à tout, sur le point d’écrire son premier ouvrage de fiction au titre évocateur, « Atroce », et qui prépare aussi une série télé, produite aux Etats-Unis, en collaboration avec le producteur des «Revenants».

 

Moi, Serial Killer par Stéphane Bourgoin
Editions Grasset
Sortie le 22 novembre

Le Livre Rouge de Jack l’éventreur
Editions Grasset / Collection Points Crime, éditions Points

 

Festival du Polar de Villeneuve-Lez-Avignon
http://www.polar-villeneuvelezavignon.fr/

À découvrir aussi  notre article : TITO TOPIN, FIGURE RESPECTÉE DU POLAR