© BàC

Une fois par mois au Théâtre Golovine, les enfants sont rois. Nouvelle organisation des rythmes scolaires oblige, les traditionnels mercredis font place aux « Samedis des Bambini » dans ce haut-lieu avignonnais de la danse …

Au 1 bis rue Sainte Catherine, la saison suit son court avec une nouvelle équipe, et toujours une large partie de la programmation dédiée au jeune public. «C’est une politique qu’on a toujours eue, insiste Christelle Golovine, y compris lorsqu’on s’occupait du théâtre il y a quelques années maintenant. La précédente équipe avait repris cette thématique et pour Yourik et moi (de retour à la tête du Golovine depuis octobre ndlr), c’est une volonté essentielle de développer cela.»
Ce samedi 19 novembre, c’est la Compagnie Reveida et son spectacle «Esperluette danse avec la peau des mots» qui donnaient rendez-vous aux enfants pour ces deuxièmes «Bambini» de l’année. Victor Ducros est un poète culinaire qui jongle avec les mots, les mélange, les assaisonne, aidé par sa muse Esperluette, qui danse à ses côtés avec les livres et les lettres. Le « chef » et la danseuse se décarcassent pour donner le goût de la lecture aux enfants, et chaque petit spectateur repart d’ailleurs avec un livre de son choix sous le bras.
Prochain rendez-vous pour les «Bambini», le 3 décembre avec la Compagnie Ninika et son univers mêlant danse contemporaine et danse traditionnelle basque. « C’est au-delà du folklore, explique Christelle Golovine, c’est une approche très délicate de cette danse qui ressemble étrangement à la danse classique, au menuet.» Et comme à l’accoutumée à l’occasion des «Samedis des Bambini», l’après-midi se terminera par un grand goûter offert aux enfants et leurs parents.