© BàC

Le complexe socioculturel de La Barbière et le Théâtre des Halles ont donné ce  jeudi soir un véritable exemple de « vivre ensemble » à l’occasion d’une représentation hors les murs de « Ô vous, frères humains » d’Albert Cohen. Une initiative porteuse de sens, tout comme le thème de la pièce présentée au public venu nombreux.

Les sourires sur les visages en disaient long : le public était “heureux d’en être”, heureux de “participer à cette merveilleuse communion” proposée par le Complexe socioculturel de La Barbière en ce premier soir de décembre. Un moment d’humanité et de fraternité avec la complicité de la compagnie Alain Timár, venue présenter sa création 2014 “Ô vous, frères humains” d’Albert Cohen. Une itinérance qui fait sens pour le Théâtre des Halles : “En ces temps d’ostracisme où l’exclusion est trop présente, l’invitation du Complexe socioculturel de La Barbière intègre complètement notre démarche de politique culturelle au sens noble du terme”, explique Alain Timár. Et c’est tout naturellement que le directeur du Théâtre des Halles a choisi la pièce d’Albert Cohen pour cette première action hors les murs : “La thématique de ce spectacle traite de la diversalité de la nature humaine. Sans être donneuse de leçon, elle nous adresse un message fondamental : la haine de l’autre ne sert à rien !

Une main tendue

Depuis qu’il a vu le jour en 2015, le Complexe socioculturel de La Barbière accueille régulièrement ateliers, spectacles et résidences d’artistes, à une condition : que cela profite aux “locaux”. “C’est l’impératif numéro un”, insiste Hamid Boudehedj, médiateur culturel du centre social Espace Pluriel. A voir la salle comble, on se dit que c’était un rendez-vous très attendu par les habitants du quartier et ceux venus du “centre-ville”, une distinction que cet événement vise aussi à bannir. L’adjointe au Maire Isabelle Labrot, déléguée au quartier sud, le confirme auprès du public : “Nous parlons d’Avignon dans son ensemble, il n’y a pas de frontières. Nous sommes très attachés à ce que les artistes viennent à vous et qu’une fois que vous y avez pris goût, vous veniez à eux.” Objectif : que la population locale pousse les portes des théâtres de la ville, un réflexe encore difficile à acquérir pour certains : “On n’ose pas toujours“, confie une mère de famille.

L’émotion au-delà des mots

Les mots d’Albert Cohen, la mise en scène d’Alain Timár et le jeu des trois comédiens ont semble-t-il réveillé les consciences et les sensibilités de chacun. Le public a ri et a pleuré aussi. A la fin de la représentation, une dame en situation d’illettrisme se lève en larmes et remercie la Compagnie, bouleversée. Sans doute parce que “nous sommes tous cet enfant de 10 ans qu’a été Albert Cohen“, explique Alain Timár. Coïncidence ou non, le seul enfant dans la salle, Samy, a lui aussi 10 ans et a été très touché par le spectacle : “Ça y est, c’est décidé. Je vais faire du théâtre !” a-t-il déclaré une fois le rideau baissé. Susciter des vocations et inciter au respect de l’autre, tel était l’objectif de cette soirée. Mission réussie.

“Ô, vous frères humains”, d’Albert Cohen
Cie Alain Timár – Théâtre des Halles
Toutes les dates de la tournée sur le site du théâtre

Plus de renseignements sur les activités proposées au Complexe socioculturel de la Barbière ici