©BàC

L’élimination des violences à l’égard des femmes, est une des actions contre lesquelles lutte au quotidien l’ONG Soroptimist International. Pour ce 26 novembre, le club d’Avignon a organisé une soirée thématique caritative, au cinéma Le Pandora . Une occasion idéale pour mieux faire connaissance avec ce club exclusivement dédié aux femmes.

« Sorores ad optimum » : sœurs pour le meilleur, c’est la devise de Soroptimist, un club service constitué uniquement de femmes : 76 000 réparties en 3000 clubs à travers le monde. Toutes s’engagent dans leur vie professionnelle pour aider les femmes et changer le monde : « Nous avons un programme centré sur l’autonomisation des femmes, l’éducation des filles et jeunes filles, de façon à les amener à prendre des responsabilités et a développer leurs capacités» précise Christine Martella la Présidente du club Soroptimist d’Avignon.

Cette Organisation Non Gouvernementale à été fondée aux États-Unis dans les années 20. Soroptimist s’est très vite expatriée en France et c’est Suzanne Noël, une chirurgienne de « gueules cassées » qui a créé la fédération française et a beaucoup œuvré à la valorisation des compétences des femmes. Le club d’Avignon quant à lui, a été fondé en 1958 et compte aujourd’hui 23 membres.

Tout au long de l’année, les nombreuses actions du club Soroptimist rythment le calendrier national, notamment les 8 mars Journée de la femme et 25 novembre Journée de l’élimination de la violence à l’égard des femmes.

C’est pourquoi, le club Soroptimist d’Avignon a mis en place une soirée ciné/débat qui s’est déroulée le 26 novembre sous le thème de : «La violence faite aux femmes commence sur les petites filles, en les privant d’éducation». Au programme : « Chanda, une mère indienne » de la réalisatrice Ashwiny Iyer Tiwari, projeté en avant-première au Pandora, suivi d’un débat et d’échanges avec la salle. Une soirée au profit de l’association avignonnaise Adaïkalam (refuge en Tamoul) qui aide les populations défavorisées et notamment les orphelins à Pondichery en Inde. Une opération cinéma nationale qui se poursuit jusqu’au 10 décembre dans une centaine de villes en France.
« Nous sommes des femmes et nous sommes engagées à côté de toutes les femmes du monde pour lutter contre les violences à l’égard des femmes quelles qu’elles soient. Bien-sûr contre celle qui vient tout de suite à l’esprit, c’est à dire celle des femmes battues ou violées, mais la violence s’exerce d’autres façons, par exemple par la privation de l’éducation. On sait très bien que l’éducation des femmes est primordiale pour le développement d’un pays” rajoute Christine Martella, avant de conclure : “ce film, ce thème, cette association sont en parfaite résonnance les uns les autres” .

Si vous voulez connaître toutes les actions du club Soroptimist d’Avignon et peut être vous engager à leur côté, c’est ICI

Christine Martella Présidente de Soroptimist Avignon au micro de BàC