©philipducap, fineartphotography

« Waxx Up », le nouvel album d’Eric Legnini est désormais disponible. Hugh Coltman, Mathieu Boogaerts ou encore Yael Naim viennent poser leur voix sur des compositions qui lorgnent vers la soul , le funk et l’electro … et un bonheur n’arrivant jamais seul, le pianiste belge a accordé un entretien à Boîte À Culture …

Une bonne claque groovy, ou plutôt une bonne « baffle », comme on peut le voir sur la pochette. Voilà comment on pourrait définir le nouvel album du pianiste belge Eric Legnini. Dans ce nouvel opus, le jazzman va encore plus loin dans ses influences 70’s, que l’on devinait déjà dans ses précédents albums The Vox et Sing Twice. Exit le piano acoustique et la contrebasse, ici le Fender Rhodes, le Clavinet D6 et autre Wurlitzer se font une large place. Quant au fidèle contrebassiste Thomas Bramerie, il cède la sienne au bassiste électrique Daniel Romeo, belge lui-aussi, et fin connaisseur de l’idiome « groove ». L’indéboulonable Franck Agulhon reste quant à lui derrière la batterie.

Inspiration vinyle

« Dans cet album là, j’assume beaucoup plus le côté électrique, c’est beaucoup plus funk, plus soul, avec quelques incursions dans le monde de l’électro » nous explique Eric Legnini, qui, pour composer et arranger cet album, s’est replongé dans sa vaste collections de 33 tours : « Le titre Waxx Up, c’est un hommage à ma culture vinyl, wax signifie la cire, et j’ai fait un jeu de mot avec « quoi de neuf », d’où le titre Waxx Up ». Erikah Badu, Quincy Jones, Bob James, et bien sûr Herbie Hancock période Man Child, font à coup sûr partie des séances d’écoute qui ont précédé l’enregistrement de l’album. Mais qu’on ne se méprenne pas, il n’y a aucune nostalgie dans Waxx Up, tout le talent d’Eric Legnini résidant dans sa capacité d’insuffler de la modernité dans un style et dans des sonorités « vintage » pourtant déjà largement explorés.

Les invités sillonnent l’album

Une modernité apportée aussi par des voix parfois inattendues, venues se poser sur les compositions du pianiste : celle de Yael Naim, sur le lancinant et electro « Despair », ou de Hugh Coltman, qui signe la plupart des textes et chante sur « The Sun Will Dance », sans doute le titre le plus pop du disque. « C’est un album qui a été construit comme un album de pop, tout a été « maquetté » et c’est Hugh qui a chanté sur la majeure partie des maquettes. Il ne chante qu’une chanson au final sur l’album, mais il en a co-signé cinq. On est un binôme qui fonctionne extrêmement bien» précise le pianiste.

On ne l’attendait pas sur une album jazz ou soul : Mathieu Boogaerts s’est aussi prêté au jeu et chante, dans un anglais aux accents volontairement « frenchy », sur le très « hancockien » « Night Birds ». Quant au rappeur californien Charles X, il vient également poser son flow sur « Run With It », titre dont il signe également les paroles. Moins connues du grand public, Natalie Williams (entendue chez Incognito), une autre belge Anaëlle Potdevin, et la canadienne Michelle Willis font aussi une apparition remarquée sur « Waxx Up ». Cette dernière joue d’ailleurs le « rôle principal » sur l’album, selon les propres termes d’Eric Legnini. « Michelle Willis, je l’ai découverte un peu par hasard, je suis allé écouter Snarky Puppy à la Cigale, et c’est elle qui faisait la première partie. Sa voix m’a fasciné et j’avais l’impression de retrouver un partenaire, comme j’avais auparavant découvert Kristle Warren pour l’album The Vox. » S’en sont suivies des séances de travail qui ont débouché sur 4 véritables pépites « new soul » présentes sur l’album.

Waxx Up sur scène

Bien entendu, pour d’évidentes raison d’organisation, il n’y a aucune chance de retrouver le casting intégral de l’album sur scène pour la tournée qui débute ce printemps. Trois voix féminines de l’album se partageront toutefois les dates : Michelle Willis, Natalie Williams et Anaëlle Potdevin. Hugh Coltman, pilier des projets successifs d’Eric Legnini depuis plusieurs années, rejoindra aussi l’équipe sur quelques dates.

Le calendrier estival n’est pas encore tout à fait rempli, mais Eric Legnini et sa bande de grooveurs seront sans doute de passage dans le sud cet été. Le festival ardéchois Jazz Sur Un Plateau a déjà confirmé la présence du pianiste le 23 juillet. Il sera aussi aux côtés d’Ibrahim Maalouf pour la suite de la tournée Red & Black Light, aux Arènes de Nîmes le 15 juillet prochain. Le trompettiste franco-libanais fait d’ailleurs lui aussi partie des invités de l’album Waxx Up.

Cet habitué du Tremplin Jazz d’Avignon ne foulera en revanche pas la scène du Cloître des Carmes cette année, mais pourrait y faire un petit tour « en ami » … « j’y ai vu plusieurs concerts quand j’étais plus jeune (…), c’est un festival et un groupe de personnes que j’aime beaucoup ».

Eric Legnini
nouvel album « Waxx Up » (Anteprima)

www.ericlegnini.com

Retrouvez l'interview d'Eric Legnini, contacté par téléphone, par BàC