“Antigone” interprétée par une troupe de théâtre du Centre Pénitentiaire du Pontet ©Céline Zug

Dans le cadre des ateliers/théâtre qui se tiennent depuis trois ans au Centre pénitentiaire du Pontet, les détenus ont fait une représentation unique d’Antigone ce lundi 10 juillet dans le gymnase de la prison. 

“Antigone” a été jouée au Centre Pénitentiaire du Pontet dans le cadre des ateliers mis en place par Olivier Py, il y a trois ans. Cette unique représentation s’est déroulée dans le gymnase de la prison devant un public composé de détenus, d’officiels et du directeur du festival qui ne rate jamais une représentation de ceux qu’il accompagne tout au long de l’année. Il a fallu du courage et de l’audace à Nordin pour se glisser dans le personnage d’Antigone. Dans son monde carcéral exclusivement masculin, il fallait oser se faire la voix de cette féministe de l’antiquité. C’est bien connu, le succès sourit aux audacieux et dans son cas c’est bien plus qu’un sourire qu’il aura récolté. Il a mis dans son jeu de la rage, de l’intelligence et de la détermination. Jamais Antigone n’aura été si poignante que dans la corps d’un homme sans travestissement. Pour lui donner la réplique, ses compagnons de jeu n’ont pas démérité, à commencer par Créon, que Jean-Michel incarne jusqu’aux tréfonds de son âme. Lui qui a été de toutes les répétitions, et des trois créations, est devenu un acteur. Il a la voix, le corps et l’émotion des grands. Il a matérialisé ce Créon trop sûr de lui, oublieux de sa condition de mortel et sourd à toute forme de compassion. Sophocle n’a jamais eu autant de sens que dans ce lieu où les hommes sont oubliés de la société, jamais il n’aura été plus vrai que dans la bouche de ceux qui sont mis au banc de l’humanité. Ils n’oublieront pas cette standing ovation qu’ils ont savourée, se gardant de dévoiler leur sensibilité exacerbée par la déférence du public. Une salle de plus de 200 personnes K.O debout, émue et occultant le lieu où elle se trouve. La prochaine étape de cette folle aventure les conduira à la Maison Jean Vilar pour y jouer Hamlet, les 21 et 22 juillet pour trois représentations qui affichent déjà complet !

Prochain spectacle :
Hamlet le 21 juillet à 15h et le 22 juillet à 15h et 18h
Pas de réservations

Retour en images sur “Antigone” interprétée par la troupe de détenus du Centre Pénitentiaire du Pontet ©Céline Zug