© Marianne Charland

Marcie arrive tout droit du Québec pour ouvrir la saison d’Arts Vivants en Vaucluse à l’Auditorium Jean Moulin du Thor. Ce jeudi soir, la jeune chanteuse à texte fera la première partie de Mickey3d pour la seconde fois de sa carrière. Entretien avec cette jeune artiste, à découvrir sans restriction.

Boîte à Culture : Vous êtes en première partie d’un groupe bien identifié dans le pays, c’est intimidant ?
Marcie : « C’est certain que de chanter en ouverture pour un groupe bien établi, que j’apprécie beaucoup, a quelque chose d’intimidant. Par contre, j’ai déjà fait la première partie de Mickey au tout début de la tournée de Sebolavy, mon guitariste et moi avions tout de suite été mis à l’aise par les membres du groupe et de l’équipe technique, qui sont très sympa. Je crois aussi que le public de Mickey est curieux et à l’écoute, alors même s’il sera plus nombreux que ce à quoi je suis habituée, j’ai confiance. »

Dans quel état d’esprit êtes-vous arrivée en France ?
« J’ai passé un été assez fou à préparer la venue de “Montréal est en cendre”, mon album. Je me suis promenée pas mal à travers le Québec pour des activités de création et pour des petites vacances aussi, en prévision de cet automne bien rempli. J’ai vraiment hâte d’être de retour sur scène et de vivre de folles aventures sur les routes françaises. Depuis le mois de mai, ça m’avait manqué. »

Vous pouvez vous présenter à ceux qui ne vous connaissent pas ?
« Je m’appelle Marcie et je viens de la ville de Jonquière, au Saguenay, une région du Québec établie autour d’un grand lac se jetant dans une rivière qui devient un fjord. J’habite maintenant Montréal, où j’écris des chansons et fais des concerts depuis cinq ans maintenant. J’aime les bandes dessinées de Jodorowsky et de Boucq, les livres d’Henri Troyat, les vinyles d’occasion qui me surprennent, Dominique A, les fruits sauvages, et je rêve de voir Moscou. »

Comment définissez-vous votre musique ?
« Pour donner une référence qui a fait ses preuves, je parlerai de nouvelle chanson française. J’ai un style d’écriture assez classique, je crois, dans ma façon d’aborder les rimes et la versification. J’aime que la poésie soit élégante et imagée, sans toutefois être ampoulée ni volontaire. Par contre, mes mélodies et arrangements ne sont pas nécessairement typiques de la chanson française, surtout depuis que je collabore avec ma sœur Gentiane, pianiste jazz, pour les musiques. C’est elle qui a composé la plus grande partie des accords et mélodies pour les trois chansons originales sur “Montréal est en cendres”. Aussi, les arrangements sur ce dernier EP (coréalisé par Dany Placard et Louis-Philippe Gingras, aussi guitariste sur cette tournée) sont assez bruts et je trouve qu’ils sortent les mots du cadre attendu, des sons de guitare un peu blues et bien amples, une batterie bien lourde et bien mate, qui donnent un son plutôt « 1977 »,  je dirais. »

Ce dernier album a-t-il une importance particulière dans votre carrière ?
« C’est certain qu’au point de vue artistique, “Montréal est en cendres” est pour moi un passage important. J’ai l’impression d’avoir travaillé beaucoup plus consciemment, avec plus d’habileté et de connaissances, sur cet album que sur le premier. Je me suis imprégnée de nombreuses lectures et de musiques qui m’ont aidée à me définir en tant que personne, en tant que femme, et forcément en tant que chanteuse. Après,  je ne sais pas comment le public recevra cet album, ce sera une surprise que j’espère belle, bien sûr ! Mais je suis déjà bien fière de ce qu’on a accompli jusqu’ici. »

Quels sont les projets à venir ?
« Après cette tournée d ’un mois , je vais rentrer chez moi et faire le lancement de mon album à Montréal, le 26 octobre. Ensuite, je vais plancher sur un nouveau spectacle avec deux musiciens, une toute nouvelle formule pour moi, que je voudrais faire tourner au Québec au printemps et à l’été, la saison des festivals. Puis, je vais écrire encore de nouvelles chansons afin de sortir un album complet que j’espère pour l’automne 2017. »

Marcie 1ère partie Mickey3d
Auditorium Jean Moulin au Thor
20h30