Le Théâtre de l’Oulle lance sa troisième saison vendredi 16 septembre. Son directeur, Laurent Rochut, a présenté une programmation très contemporaine dans laquelle la danse fait son apparition et pas seulement le temps d’un tour de piste.

Il y a trois ans Laurent Rochut s’offrait le théâtre de l’Oulle, rejoignant le cercle fermé des scènes permanentes d’Avignon. Un coup de cœur devenu histoire d’amour ! Vendredi 16 septembre c’est une programmation qui s’inscrit résolument dans une version plus contemporaine qu’il a dévoilé. “Le théâtre a une image de classique alors qu’il se joue ici toute l’année des créations contemporaines, il était temps de frapper fort”,  a-t-il souligné avec un sourire malicieux.  C’est donc parti pour une année rythmée par du théâtre, de la musique et une grande nouveauté : la danse “je me suis entouré d’Emmanuel Sérafini qui connait bien le sujet et qui a su emmener des artistes de haut niveau”.  Belle initiative pour qu’Avignon soit la cité où la danse est l’égale du théâtre.

Une volonté d’ouvrir les portes du théâtre aux artistes de demain

Depuis l’an dernier des artistes ont reçu un accueil amical et professionnel, durant les résidences qui seront renouvelées. Laurent n’est pas qu’un administrateur dans son antre, c’est aussi un metteur en scène qui a fait ses preuves avec “Une bête sur la lune”, reprogrammée cette saison ; un découvreur de talent, tel le jeune Avignonnais, Nasser Coron, révélé sur sa scène avec qui il va peaufiner un spectacle d’humour prometteur. Retour aussi des cafés cultures et des scènes ouvertes, tremplin de choix pour les artistes de demain  “c’est important que chacun s’approprie le lieu et qu’il en fasse ce qu’il veut le temps d’une soirée”.

Théâtre, danse, musique du monde…impriment une nouvelle dynamique

Tous les arts vivants vont se retrouver dans cette saison  lancée par une pièce à  l’émotion poignante “Pourtant elle m’aime”, un questionnement sur le devenir “femme”. Dans un autre registre tout aussi émouvant “Ay Carmela !” ramènera le public à l’horreur de la guerre d’Espagne avant de céder le pas à “Monsieur Ducci” pour un peu de fantaisie, ou encore, l’histoire d’une femme d’exception “Une vie de Maria Callas”, sans oublier les familles qui sont invitées à découvrir “Avenue zéro” et ses marionnettes sur fond musical. Puisque la danse fait corps dans la programmation, place à Alexandre Lesouëf qui aura carte blanche pour l’élaboration de sa création “ensemble vide”. Et pour bien comprendre la danse, la projection du film “Every Day” autour de la vie de Régine Chopinot donnera quelques clés essentielles pour apprivoiser la danse contemporaine.

Trois temps forts bien dans l’air du temps

Tandis que la musique du monde vibrera par la voix de Misaina, qui mixe joliment Bossa et Reggae, trois temps forts feront date : les guinguettes pour animer cette belle place Crillon, trop peu vivante, la journée mondiale de la danse et la nuit du slam. Autant de rendez-vous à ne pas manquer qui vont apporter un bouillonnement jubilatoire chez tous les curieux et les amoureux de la culture.

Toute la programmation : http://www.theatredeloulle.com/

Théâtre de l’Oulle
Rue Plaisance
(16-18 Rue Joseph Vernet)
84000 AVIGNON
TÉL. 09 74 74 64 90

 

Emmanuel Serafini a connu une année difficile après son éviction du CDC les Hivernales, mais son amour pour la danse lui a permis de rebondir et nul de saurait s’en plaindre, surtout pas le Théâtre de l’Oulle où il oeuvre à présent comme conseiller artistique. Fort de son expérience et d’un carnet d’adresse bien fourni, il a invité des artistes en résidence à la seule condition qu’un mercredi par mois ils livrent une performance, ce à quoi ils ont adhéré avec enthousiasme donnant naissance aux mercredis sous la lune.

 Présentation de la saison 2016-2017 au Théâtre de l’Oulle avec Emmanuel Serafini pour Boîte à Culture