© thomas althaus

La scène du Sonograf’ au Thor fête ses dix ans cette année et promet un bon cru de blues, soul, funk, rock et world. Focus sur les réjouissances à venir.

« Du blues, oui… mais du blues optimiste ! », tel pourrait être le créneau de cette deuxième partie de saison 2017 du Sonograf‘. Ce haut lieu musical installé au Thor en 2007 souffle sa dixième bougie avec panache : « Nous reprenons le fil artistique de ces dix dernières années. Un joyeux mélange avec du blues, évidemment, mais aussi de la soul, du funk, des musiques du monde… », explique Nadine Giroudière, chargée de communication et binôme du président Selim Chikh à la programmation. Une affiche fort alléchante, entre artistes confirmés et nouveaux talents : Carvin Jones, habitué des lieux, revient le 9 mars et il est fortement conseillé de réserver car le bluesman fait toujours salle comble. Le 24 mars, soirée découverte avec la jeune guitariste franco-britannique Laura Cox, suivie du blues profond de Demetria Taylor le 30. Le Sonograf’ n’en oublie par pour autant la scène locale, comme le rappelle la programmatrice : « C’est une de nos principales missions sur le territoire, même si c’est compliqué en terme d’audience. » Nul doute que le joueur de kora Adama Cissoko, valeur sûre de la musique world en Vaucluse, saura mobiliser les foules samedi 3 mars pour « La nuit du Faso », soirée hommage au Burkina Faso. Le 21 avril, on ne se découvre pas d’un fil mais on fonce écouter un autre fidèle du lieu, l’harmoniciste prodige Nico Wayne Toussaint, « un artiste qui a évolué avec nous, comme tous les fidèles qui reviennent depuis nos débuts », remarque Nadine. A noter également la venue du tromboniste Big James le 28 avril, la vocaliste Trudy Lynn le 19 mai et deux groupes locaux : Namogodine (world) le 13 et Au fil du jazz le 10 juin. Nouveauté cette année, le stage de danse West Coast Swing animé par Richard Amar le 20 mai prochain. Un événement qui s’inscrit dans le cadre des trois soirées dansantes mensuelles du Sonograf’ et qui devrait attirer un nouveau public.

Le bilan de ces dix ans est très positif, malgré une année 2016 un peu délicate : “Nous nous battons comme des lions avec nos 40 bénévoles pour maintenir le Sonograf’ et continuer d’accueillir les artistes dans des conditions optimales. Nous restons sereins pour 2017/2018 », confie la programmatrice. Cette équipe de passionnés planche déjà sur la programmation de l’automne qui promet son lot de pépites, comme le chanteur Vinx, jeune protégé de Sting, Al Jarreau, Stevie Wonder… “fabuleux !“, nous assure-t-on.

Le Sonograf’ – saison 2017
La Cigalière
D901 – Le Thor
Informations et programmation complète ICI