Eléonore Dadoit Cousin ouvre ses fenêtres sur la nature de l’Abbaye Saint-André ©Céline Zug

La plasticienne Eléonore Dadoit Cousin ouvre la saison de l’Abbaye Saint-André avec ses oeuvres colorées. Collages, peintures, photographies … autant de supports qui inspirent cette artiste protéiforme. Elle a passé une année dans les jardins de l’abbaye au contact de la nature qui se retrouve dans ses créations. Plusieurs dizaines de toiles s’affichent dans la clarté d’un espace entièrement dédié à l’artiste. Une exposition à découvrir jusqu’au 2 avril.

Il y a un an tout juste, Eléonore Dadoit Cousin exposait au restaurant “L’Aubergine” à Villeneuve-Les-Avignon. Pour cette nouvelle exposition, à découvrir jusqu’au 2 avril, la revoilà à l’Abbaye Saint-André où la sémillante quadragénaire vient de passer une année au coeur de la nature. On retrouve quelques extraits de son travail précédent, “ELLE m’inspire”, où le magazine féminin éponyme lui servait de matière. “Je n’ai pas changé de support, le magazine est toujours présent. La technique reste la même : je découpe, je colle mais cette fois, j’inclus plus fréquemment la photo. Toutefois, je ne me vois pas comme photographe, c’est un support supplémentaire. Je soigne le cadrage mais ce qui m’intéresse, c’est la façon dont je revisite l’image. En photo aussi, je pratique la découpe de la réalité pour dévoiler mon propre regard” nous confie Éléonore Dadoit Cousin.

Les fenêtres font leur entrée dans l’exposition

Les clichés ont été pris au gré de ses déambulations dans le jardin du Fort Saint-André et ses alentours. “J’ai fait beaucoup de photos au fil des mes promenades. Cela a été un travail sur le long terme qui m’a demandé beaucoup de rigueur” précise Eléonore Dadoit Cousin. Chaque tableau est unique et reflète au premier abord la joie de vivre, soulignée par les couleurs éclatantes. Néanmoins, on note l’apparition d’un nouveau triptyque : trois grands formats sous formes de fenêtres avec des volets en bois. Si l’on s’attarde un peu, une part sombre occupe un volet : “J’ai voulu montrer cette part de noirceur qu’il y a dans la nature, et par ricochet celle qui nous habite aussi à certains moments de la vie” confie avec pudeur l’artiste. Cette nouvelle touche captive le regard du visiteur : “Les saisons ont eu de l’influence sur mon travail,  j’ai voulu montrer ce qui ne se voyait pas, ce qui se passe sous terre et qui est vital pour la renaissance de la nature“. Une métaphore du temps qui passe ? “Il est difficile de l’ignorer, ce temps qui nous file entre les doigts” s’excuse presque Eléonore, balayant ce voile de tristesse d’un grand sourire. “La vie est aussi faite de belles surprises et la plus grande pour moi est l’engouement que suscite mon exposition“. Elle ne croit pas si bien dire, la plupart des ses toiles sont déjà tachées d’une pastille rouge qui indique qu’elles ont trouvé acquéreur !

Des Histoires Naturelles
Exposition jusqu’au 2 avril
Abbaye Saint André
Rue Montée du Fort
Villeneuve-les-Avignon

Contact : 04 90 25 55 95
Tarifs : Visite des jardins et exposition de 7 € à 17 €
Ouverture de 10h à 13h et de 14h à 17h, fermé le lundi sauf lundi pâques et ouvert jours fériés