© BàC
C’est un des rendez-vous shopping les plus attendus des avignonnais. Pour la septième année consécutive, ils sont venus nombreux dénicher les bonnes affaires le temps d’un long week-end, les 16, 17 & 18 septembre.

Un peu d’histoire

Depuis sa création il y a sept ans par le regretté Jean-Pierre Bellucci, la Grande Braderie coïncide avec les Journées Européennes du Patrimoine. L’occasion pour la soixantaine de boutiques participantes de bénéficier d’un flux important de visiteurs – locaux et touristes – mais aussi «d’allier shopping, tourisme et culture», selon Corinne Chatriot, présidente du club Véroncelli depuis deux ans.

Un grand moment de convivialité

La pluie de vendredi matin a failli gâcher la fête mais les rues de la zone Véroncelli (Vernet, Saint-Agricol, Folco de Baroncelli) se sont vite animées. « C’est un moment très convivial entre commerçants et clients », nous confie Corinne Chatriot, avant de rajouter : « les gens sont beaucoup plus à l’aise car le shopping se fait à l’extérieur, il n’y a plus de barrière entre eux et la boutique ».

De leur côté, les férus de bonnes affaires parcourent les stands de vêtements avec enthousiasme et curiosité: « c’est pour moi l’occasion de m’offrir des articles de marque que je ne peux me permettre d’acheter en temps normal », reconnaît Patricia. « Il faut souvent jouer du coude à coude tellement il y a de monde ! », remarque une autre habituée. Et c’était bien le cas samedi après-midi dans certaines rues du centre : « Une journée de folie » selon les commerçants.

Beaucoup de logistique et un enjeu de taille

Le succès d’un tel événement ne dépend pas seulement de la fréquentation ; beaucoup de logistique et de préparation sont nécessaires en amont. Fort heureusement cette année, le service de la communication de la ville a réalisé tous les supports de promotion, allégeant ainsi le poids financier et matériel d’une telle mission.
Il faut aussi beaucoup de passion et d’énergie pour porter une telle manifestation, « avec l’espoir qu’elle perdure et se répète à d’autres occasions, parce que le centre ville en a cruellement besoin », nous rappelle Corinne Chatriot, avant de conclure que cette édition 2016 fut « une réussite !».

Boîte à Culture était ce week-end dans les rues d’Avignon pour vous donner la parole.