« Hyper Nature » de Philippe Martin aux jardins de l’Abbaye Saint-André jusqu’au 24 juin ©DR,Philippe Martin 

Les jardins de l’Abbaye Saint-André à Villeneuve-lez-Avignon, vous donnent rendez-vous avec le duo d’expositions « Hyper Nature », de l’écologue, globe-trotteur Philippe Martin, et « Boules de vie » du photographe Fréderic Jaulmes. À découvrir jusqu’au 24 juin.

Jusqu’au 24 juin, l’Abbaye Saint-André expose, à travers sa 2ème exposition temporaire de la saison, les surprenantes images numériques naturalistes de l’écologue Philippe Martin, « Hyper Nature ». Toujours étonnante de réalisme, avec PhilippeMartin, la nature est belle, prodigieuse même. Le moindre insecte devient majestueux, grâce au procédé de l’hyper focus qu’il affectionne depuis 2008. Passionné par la faune et la flore de toutes les régions du monde, à commencer par la sienne, celle du Sud de la France, Il tire le portrait de toutes les petites espèces terrestres et aquatiques qu’il rencontre et apprivoise depuis 40 ans. En image numérique mais aussi en aquarelle à travers ses nombreuses illustrations d’ouvrages. Ses planches méditerranéennes vont être accrochées pour la première fois, comme sa dernière série d’images sur les océans. Ce monde subaquatique qui est montré ici sans aucun artifice, ni flash, mais au contraire sous ses vraies couleurs, plongeant le visiteur dans la contemplation du fond des mers en lumière naturelle.
En contrepoint de son travail, Philippe Martin a invité l’artiste Frédéric Jaulmes, photographe et ami de toujours. Aussi imprégné de nature que lui, ce plasticien présente une série de sculptures végétales vivantes mêlant sphères terrestres et objets du quotidien colonisés par la nature qui reprend ses droits comme par enchantement.

L’hyper focus, une technique photographique qui titille la curiosité

Philippe Martin photographie de petites, voire deminuscules créatures dans leur milieu d’origine dont il est un fin connaisseur. Après avoir arpenté et observé tous les biotopes durant 40 ans pour ces macrophotographies et ses recherches en écologie.

Depuis 2008, il utilise la technique de l’hyper focus (oufocus stacking) qu’il a optimisée par une longue pratique. Ce procédé nécessite jusqu’à 150 prises de vue en rafaleselon des profondeurs de champs différentes sur un même individu pour retranscrire chaque détail. Puis, après untravail par logiciel de compilation et de juxtaposition numériques, il obtient une photo composite offrant une netteté quasi parfaite. Presque palpable, proche de la technologie 3D, rendant le moindre insecte, animal ou plante des plus fascinants. La nature est, à travers son objectif, tout sauf ordinaire.

L’abbaye va présenter ces grands formats hyper réalistes ainsi que les minutieuses aquarelles botaniques méditerranéennes dans ses galeries d’exposition mais aussi dans ses jardins.

Véritable portraitiste animalier, Philippe Martin ne poursuit qu’un seul but : émerveiller, faire mieux connaitre cette nature qu’elle soit du Midi ou des forêts tropicales. Il aspire à jouer un rôle pédagogique auprès du grand public, faire naître des passions et des vocations, afin de préserver ces incroyables richesses.

Un écologue globe-trotteur

Philippe Martin enseigne l’écologie scientifique depuis 40 ans.Illustrateur et photographe naturaliste, il est l’auteur de 15 ouvrages La Nature méditerranéenne en France chez Delachaux & Niestlé, Hyper natureEurope, Tropique et bientôt Océans chez Biotope… Né en 1954, à Constance en Allemagne, il vit, entre ses voyages et ses conférences, dans l’arrière-pays héraultais. Il pratique la macrophotographie depuis tout jeune et expérimente le procédé hyper focus depuis 2008. Ses images numériques hyper focus ont eu l’honneur des grilles du Sénat,dans les jardins du Luxembourg, en 2015.

Sculptures et sphères végétales par Frédéric Jaulmes

Dans « Boules de vie », Frédéric Jaulmes fait un clin d’œil à la vie et à Dame Nature. Photographe d’art et de design, cet artiste enduit de terre nos objets du quotidien,vestes et vêtement de travail puis laisse la nature envahir l’espace, conquérir pour partie ou laisser à nue la surface selon le lieu et l’air ambiant. L’aléatoire a droit de cité dans l’œuvre de Frédéric Jaulmes. Maintenues humides, ses installations font naître, comme par magie, des formes de vie chlorophyllienne inattendues. Des sphères de terre crue recolonisées doivent affronter le béton dans sa nouvelle série « Les Écrasés ».

Plus d’infos ICI

Abbaye Saint André
rue Montée du Fort à Villeneuve-lez-Avignon
Tél : 04 90 25 55 95 

Horaires : de mai à septembre : de 10h à 18h – en mars et octobre 10h -13h et 14h -17h – en avril 10h -13h et 14h -18h.
Tarifs : Visite des Jardins + exposition temporaire (comprenant les 2ha de jardins et circuit historique avec projection vidéo) :
7 € – tarif réduit : 6 €, gratuit moins de 8 ans – tarif famille (enfant de 8 à 17ans) : 2 adultes + 1 enfant 17 € ou 2 adultes + 2 enfants et plus 23 € – tarif Pass (Avignon PASSion) 6 € – tarif handicapé : 5 € (aides auditives et visuelles, audioguide FALC à disposition).

Tarifs : Visite des Jardins + visite guidée du palais abbatial + exposition temporaire : Tarif : 14 € – tarif réduit : 13 €,
gratuit – de 8 ans, sur réservation.

RENDEZ-VOUS AUX JARDINS
Les 2 et 3 juin

L’abbaye met à l’honneur l’Europe, thème national cette année, à travers différentes conférences et ateliers.
– samedi 15h déambulation savante avec la botaniste Véronique Mure dans ces jardins inspirants et inspirés, qui nous font voyager du sanctuaire d’Olympie avec ses oliviers sacrés, aux jardins contemporains dédiés à la biodiversité, en passant par les jardins aux charmes florentins dont l’élément le plus symbolique est le cyprès.
– dimanche 15h conférence de Philippe Martin sur les coulisses de l’aventure Hyper Nature Europe.
– samedi de 10h à 18h : ateliers pour enfant et adulte, animés par la LPO, sur Reconnaitre et protéger les oiseaux des jardins. L’abbaye étant devenue cette année l’un des jardins refuges de la Ligue pour la Protection des Oiseaux.