Claude Reynaud, et sa petite-fille Léa, toujours prêts pour une visite guidée ©Céline Zug

Le château de Bosc se niche sur le plateau de Domazan au milieu du vignoble des Côtes du Rhône. On y fabrique du vin, on y trouve un musée consacré aux 2 roues, ainsi qu’un étage entièrement dédié aux enfants. Son parc est aussi un refuge d’artistes contemporains qui y exposent leurs œuvres.

Nul n’est prophète en son pays dit la vieille maxime populaire et c’est un peu le cas du Château de Bosc. “Les touristes sont de plus en plus nombreux à venir le visiter, tandis que les locaux le situent fort bien, mais y viennent assez peu” explique Claude Reynaud.  Depuis 2000, cette demeure de style Napoléon III, bordée de jardins à la toscane, est la propriété de la famille Reynaud. Le fils, Guillaume, œnologue et vigneron, gère le domaine viticole : “Il est la cinquième génération de vignerons dans la famille“, souligne fièrement son père. Les vingt hectares de Côtes du Rhône sont implantés sur de gros galets laissés ici par le fleuve il y a quelques siècles. Deux cépages y sont représentés, syrah et grenache, pour des cuvées d’exceptions classées bio, depuis que Guillaume Reynaud a repris les rênes du domaine. Il est aussi l’inventeur d’un procédé de vinification qui ne nécessite pas de sulfite. “C’est un procédé complètement naturel qu’il applique sur sa cuvée “Artémis”. Jusque-là, les vins sans sulfite ne pouvaient pas se garder. Guillaume a pris le risque durant trois ans de faire des recherches pour se passer d’additifs et il a réussi. Il est le premier à avoir un vin de garde sans sulfite, et même s’il a remporté plusieurs prix d’excellence au concours général agricole, cinq années de suite dans le domaine professionnel viticole, il n’est pas reconnu comme il devrait l’être. C’est pourtant un procédé révolutionnaire qui, dans trente ou quarante ans, sera adopté par tous“, regrette ce vigneron. Le célèbre guide “Parker” ne s’y est pas trompé, et lui a tout de même donné la note de 87/100 en le qualifiant de vin “Élégant (…) un bon équilibre général et de la fraîcheur qui se garde quatre à cinq ans“.

La passion des motos en premier lieu

Lorsqu’en 2000, la famille rachète le château, Claude Reynaud a la ferme intention d’y exposer sa collection de motos et de vélos. “Nous n’habitons pas ici, nous voulions que ce soit un lieu de vie où les familles pourraient se promener dans le calme. J’ai tout de suite pensé à y mettre ma collection de vélos, bien que je sois avant tout un passionné de motos“. Les amateurs apprécieront cette superbe collection avec la Draisienne cheval, un deux roues sans pédale classé monument historique en 2010. Mais aussi le vélocipède d’Yves Montand : “C’est une oeuvre d’art, le cadre est tout ciselé avec une belle précision“. Côté motos, c’est autant de surprises qui attendent les visiteurs : “Nous avons récupéré la moto avec laquelle Johnny Hallyday a tourné, en Camargue, “D’où viens-tu Johnny ?”, La Paloma, qui n’a pas pour autant eu le succès qu’espérait son constructeur“. Une trentaine de motos sélectionnées pour leur beauté, autant que pour leur rareté, sont exposées et racontées par ce passionné d’engins à deux roues.

Les enfants redécouvrent Jean de La Fontaine

Au dernier étage du château se trouve un grenier, l’endroit idéal pour y faire vivre le Musée des Enfants, doublé d’une ludothèque. C’est en partie l’œuvre de Simone Reynaud, artiste peintre qui a étudié aux beaux-arts d’Avignon, et épouse de Claude. “Elle a été aidée pour la partie pédagogique par des enseignants, mais tout ce qui est décoration et aménagement c’est elle“. Autour de l’auteur Jean de La Fontaine, se déclinent de nombreux jeux interactifs, une salle consacrée à l’éveil des plus petits, une école faite de poupées qui étudient les fables du poète. Plus loin, changement radical d’ambiance avec Batman et Superman, maîtres des lieux. Et, ici, dans tout l’étage, pas un seul écran, les enfants sont invités à tout toucher !

Les artistes contemporains magnifient le parc

Le superbe parc du château est un havre de paix et donne la possibilité aux visiteurs de pique-niquer. Le jardin a été dessiné et planté par la famille Capieu-Massip, lors de la construction du château en 1870. Laissé à l’abandon, Simone Reynaud prend les choses en main à son arrivée et lui rend sa majesté. Son réseau et ses amitiés avec de nombreux artistes lui donnent l’envie d’exposer des sculptures au gré de la promenade. “C’est un travail très lourd car les œuvres sont en plein air et leur installation est parfois compliquée, précise son époux, mais depuis 2012, Simone a réussi a en faire un lieu d’exposition apprécié, il y a en moyenne deux ans d’attente pour exposer au château“. Les deux hectares du parc sont actuellement occupés par vingt-huit artistes venus du monde entier dans des versions grands formats, mais aussi à plus petite échelle à l’intérieur du château. Pol Richard, Daniel Romani, Jacques Salles, Toky, Adrien Vernet … autant de noms qui se découvrent derrière les sculptures éparpillées dans le parc. On y trouve même des artistes nationaux qui rendent hommage à Marcel Duchamp autour du thème de la roue, première étape d’une exposition itinérante qui prendra bientôt le large.

Des avions de chasse au cœur des vignes

Deux énormes avions de chasse en plein milieu de l’oliveraie et des vignes, c’est encore une étrangeté qui interpelle les visiteurs. Les mythiques avions Mirage 5 et MiG 17 de Buck Danny, Tanguy et Laverdure, héros de bande-dessinée, semblent avoir fait rêver les occupants du château. Ce ne sont pas leurs avions mais des cousins germains qui sont posés au sol. Des panneaux interactifs permettent aux plus jeunes de découvrir l’univers aéronautique, sans se priver de toucher ces grosses machines. Ce lieu insolite est ouvert toute l’année et gagne a être connu et reconnu.

Château de Bosc
651 chemin du bosc à Domazan
Téléphone : 04.66.57.65.11