© DR

Un an après son décès, c’est un David Bowie plus grand que nature que les fans ont eu plaisir à retrouver sur la toile du Capitole Studios ce  jeudi 12 janvier au Pontet. Le cinéma projetait « David Bowie Is », un documentaire-visite guidée de la grande exposition rétrospective de 2013 du Victoria & Albert Museum de Londres.

Si vous avez manqué l’exposition événement « David Bowie Is » à La Philharmonie de Paris en 2015, il fallait être « dans la place » pour l’unique séance de rattrapage au Capitole Studios Cinéma ce jeudi 12 janvier. Le documentaire du réalisateur britannique Hamish Hamilton, à qui on doit clips et captations live de Beyoncé, The Rolling Stones, … est une visite guidée de l’exposition consacrée à l’artiste avant-gardiste. Un voyage passionnant dans son univers, au fil de ses croquis de jeunesse, paroles de chansons manuscrites, pochettes d’albums, costumes de scènes, instruments, photos… L’occasion de retrouver aussi ses tubes, ses influences, ses héritiers et ses films. L’écrivain pakistanais Hanif Kureishi, le musicien Jarvis Cocker et d’autres personnalités partagent leurs souvenirs avec le spectateur. “Il portait un de mes costumes… pour femme !” confie le couturier japonais Kansai Yamamoto qui n’oubliera jamais sa première rencontre avec Bowie.

« David Bowie, c’est quoi ? »

Icône glam rock, extraterrestre venu de Mars, héro de l’individualisme radical, showman shaman, « il » ou « elle » est tout cela à la fois et bien plus encore. De David Jones à Ziggy Stardust, de Halloween Jack au Thin White Duke, les masques tombent un à un au fil du documentaire et tentent de percer le mystère de celui pour qui « il était plus facile d’être quelqu’un d’autre ». Mais au fait, pourquoi « Bowie » ? Les commissaires de l’exposition Victoria Broackes et Geoffrey Marsh expliquent que son pseudonyme vient de l’un des personnages du film  « Alamo » Jim Bowie incarné par Richard Widmark.

Vos impressions

Peut-on vraiment tout savoir de Bowie ? « Ce film est comme une bonne piqûre de rappel, même si j’avais déjà vu l’expo à Londres et que je sais tout de lui ! », nous confie une spectatrice. D’autres ont particulièrement apprécié l’esthétique du film : « Il y a un respect des œuvres à l’image qui fait plaisir à voir », remarque-t-on. On termine sur une note de nostalgie : « Bowie, c’est toute ma jeunesse et c’était très émouvant de le revoir sur grand écran».

« David Bowie Is » continue son tour du monde : après Berlin, Melbourne ou encore São Paulo, l’exposition est actuellement visible au Warehouse TERRADA de Tokyo jusqu’au 8 avril avant de débarquer au Musée du Design de Barcelone, le 25 mai prochain.