“Félicité” d’Alain Gomis présent à Utopia – Avignon les 11 et 12 juillet ©DR

Du 9 au 23 juillet, le cinéma Utopia propose sa programmation estivale en lien avec la  71ème édition du Festival d’Avignon. Projections, rencontres, échanges où réalisateurs et artistes de l’Afrique Subsaharienne seront à l’honneur. Le jeune public n’est pas oublié, des films et des ateliers leur sont proposés. Patrick Guivarch, le directeur d’Utopia nous dévoile les grandes lignes de cette manifestation au micro de BàC.

Utopia comme ses 3 autres amis de la Manutention s’est prêté à l’exercice de la conférence de presse pour annoncer comme chaque année, juste avant le rush du mois de juillet, sa programmation estivale. Un programme en lien avec la 71ème édition du Festival d’Avignon : « Depuis maintenant des décennies, nous confie Patrick Guivarch, le directeur d’Utopia, on organise une programmation partiellement en association avec le Festival d’Avignon. L’année dernière, c’était la Palestine et cette année on s’est orienté vers l’Afrique subsaharienne avec des cinéastes, des documentaires et des fictions qui viennent de là-bas ».

Cinéma & rencontres

Dix films parfois inédits figurent au menu de ce festival “utopique” et éclectique. Véritable passerelle, cette manifestation « Les Territoires cinématographiques » établit, à la fin des projections, le dialogue et organise des échanges entre les spectateurs et les auteurs, artistes ou intellectuels présents au Festival d’Avignon. Actualité, humour, amour sont les thèmes abordés : « Ce sont beaucoup de films qui n’ont pas été vus, des avant-premières, des films qui arrivent sur le territoire » précise Patrick Guivarch. Parmi les grands noms, Alain Gomis, scénariste et réalisateur franco-sénégalais sera présent sur deux jours pour présenter deux de ses films, Félicité et Aujourd’hui. Le camerounais Jean Pierre Békolo , quant à lui,  viendra à la rencontre du public après la projection de son film Le président et défendra aussi son documentaire L’Afrique la pensée en mouvement.

Raoul Peck à Utopia

Autre réalisateur, autre grand moment, les 13 et 14 juillet, mais cette fois-ci en dehors de la programmation du Festival, avec la venue de Raoul Peck. Ce dernier viendra présenter Le jeune Karl Marx qui sortira en automne en France. Ce sera également l’occasion de voir ou revoir I am not your negro de ce scénariste haïtien, nommé aux derniers Oscars dans la catégorie du meilleur film documentaire.

Apprentis spectateurs et réalisateurs

Mais à Utopia, la programmation du mois de juillet ne se limite pas aux projections et aux rencontres, le cinéma de la Manutention fait tous les ans la part belle au jeune public du 9 au 23 juillet, en lui consacrant de nombreux rendez-vous et activités : « Toujours avec le Festival d’Avignon, une programmation est mise en place le matin pour que les gamins puissent venir au festival, nous explique Patrick Guivarch. Il y aura des films pour les enfants qui traiteront de l’Afrique par exemple, c’est une manière de les faire se rapprocher du festival et surtout de ne pas être effrayés par la culture ». La tortue rouge, La jeune fille sans mains, la petite vendeuse de soleil, Adama, sont quelques-uns des films que nos tout petits pourront visionner. Les enfants auront aussi la possibilité de participer à des ateliers d’initiation au cinéma d’animation, qui se dérouleront au Conservatoire du Grand Avignon. Ces ateliers permettront la découverte et la réalisation de jeux optiques avec des matériaux simples (carton, papier, feutres, crayons) et les enfants assisteront à une démonstration d’animation en “stop motion”. “Ce ne sont pas des ateliers savants précise Patrick Guivarch, mais cela affûte le regard des plus petits” conclut le directeur d’Utopia.

Territoires Cinématographiques, du 09/07/17 au 22/07/17
*ATTENTION : les rencontres avec le réalisateur camerounais Jean Pierre Békolo autour de son film “Le Président” et de son documentaire “L’Afrique la pensée en mouvement”sont annulées.
Territoires Cinématographiques pour les plus jeune, du 09/07/17 au 23/07/17

©DR

Patrick Guivarch, directeur du Cinéma Utopia

interrogé au micro de BàC