©

L’Ajmi organisait le 9 février sa 5ème Jam Session de la saison, ainsi que le vernissage de l’exposition du street artiste avignonnais Goddog. Retour en images sur cette soirée…

Une fois par mois, l’Ajmi c’est un peu le New York des années 40. Lors de ses jam sessions, le haut-lieu du jazz avignonnais ouvre sa scène aux musiciens, pour des bœufs qui attirent un public plus nombreux à chaque édition. Autant dire que pour avoir une place assise, mieux vaut ne pas être en retard.

« Ces soirées Jam sont systématiquement ouvertes par les élèves du Conservatoire d’Avignon. Après, le principe est simple : qui veut jouer vient ! » explique Pierre Villeret, le directeur de l’Ajmi. « On voit de très jeunes musiciens qui débutent, d’autres bien connus, et ça se passe très bien. (…) Il y a un lien qui se créé entre le public, les musiciens et nous. Ce qui fait que ça tisse quelque chose de plus personnel ».

Mais ces soirées d’improvisation musicale sont aussi l’occasion pour l’équipe de l’Ajmi, de mettre en avant ses expositions. Pour cette soirée du 9 février, c’était le vernissage de l’artiste avignonnais Goddog, qui présentait une dizaine de toiles. Son travail se situe aux frontières de l’art urbain, de l’abstraction et de la figuration libre. Un artiste choisi par Camille Jublou, la chargée de communication de la salle. « On aura Jean-Luc Caradec pour la prochaine exposition (et la prochaine jam session le 9 mars, NDLR). C’est quelque chose qui nous tient de plus en plus à cœur, d’avoir une politique d’exposition régulière, même si nous ne sommes pas un lieu d’exposition. Et de, tant que faire se peut, essayer de relier ce qui va se passer sur la scène, dans la salle et ce qui est exposé sur les murs et qu’il y ait une articulation entre tout ça » indique le directeur Pierre Villeret.

L’exposition est visible jusqu’au 3 mars à l’Ajmi, 4 rue des Escaliers Sainte-Anne à Avignon.

Infos : www.jazzalajmi.com

Retour en images sur cette 5ème Jam Session et l’exposition de Goddog…