Ismaël Sawadogo, le taximan-conteur invité de Burkin’Arts 2017 ©BàC

Dans le cadre du Festival Burkin’Arts qui s’est déroulé du 21 au 29 octobre 2017, l’association Tôtout’Arts a invité Ismaël Sawadogo, un artiste au parcours et à la démarche atypiques.

Burkin’Arts se déroule chaque année à Villeneuve-Lez-Avignon et met en lumière la création artistique du Burkina Faso, petit pays d’Afrique de l’Ouest très réputé pour son activité culturelle foisonnante. Ouagadougou, sa capitale, est couramment surnommée la « capitale de la culture en Afrique ». À l’occasion de cette édition, BàC a eu l’occasion de faire une belle rencontre, celle d’Ismaël Sawadogo, invité à Burkin’Arts pour y conter ses histoires…

L’histoire la plus passionnante, c’est la sienne !

Habitant de la ville de Bobo-Dioulasso, seconde grande ville du Burkina Faso, Ismaël Sawadogo exerce deux métiers en un seul : taximan et conteur. Lorsqu’il était un jeune garçon et qu’il vivait chez ses parents, son désir était de devenir artiste. Mais comme de nombreux de parents, son papa s’inquiétait sur un tel avenir et lui suggéra de choisir une voie plus conventionnelle. En bon jeune homme, qui écoute les conseils de son père, Ismaël prend donc le chemin de l’usine où il passe quatre ans à travailler et à économiser pour monter sa propre affaire, celle de taximan à son compte. Il achète son premier taxi et en fait un espace de contes !

Un trajet, une conte

Plutôt que de faire comme les autres chauffeurs de taxis au Burkina Faso, Ismaël propose d’abord à ses amis de faire des courses « sur commande » et de leur raconter un conte durant le trajet. C’est ainsi que très vite, on surnomme son véhicule le « taxi des amis ». Très vite aussi, les personnes en quête d’un véhicule et d’aventures, se passent le message et la notoriété d’Ismaël grandit aussi vite que ses contes, tous aussi croustillants les uns que les autres. C’est ainsi qu’Ismaël réalise finalement son rêve, celui d’être un artiste « Taximan-Conteur »

Découvert par Tôtout’Arts et invité en France

C’est à l’occasion d’un séjour à Bobo Dioulasso que l’association Tôtout’Arts, qui effectue régulièrement des voyages au Burkina Faso dans le cadre de ses projets culturels, a fini par rencontrer “Taximan Conteur”. Charmés par l’originalité du concept et par le personnage solaire qu’est Ismaël, ils lui proposent ainsi de l’inviter dans le cadre de Burkin’Arts pour y déclamer ses contes dans un taxi garé en centre ville de Villeneuve-Lez-Avignon.

Le rêve continue

Pour Ismaël, c’est donc un second rêve qui se réalise à travers ce voyage et ce statut d’artiste, confirmé au regard de l’impressionnant nombre de spectateurs venus écouter ses contes. Et comme on dit « jamais deux sans trois », un 3ème rêve a également pris forme : durant son séjour, il a effectué une résidence d’écriture à la Chartreuse où il a pu poser ses propres contes sur le papier et les déclamer à l’occasion de Burkin’Arts. Taximan-Conteur, cet homme au destin extraordinaire n’a pas fini de rêver : il aimerait que ses contes soient édités en livre pour enfants. Après tout, on n’est plus à un rêve près, et c’est tout ce que l’on souhaite à cet homme qui a forcé le destin en trouvant un juste équilibre entre les souhaits de son papa et les siens. Une belle leçon de vie qui nous montre, une fois de plus, que l’on est vraiment le créateur de sa propre vie !

À découvrir aussi notre article : BURKIN’ARTS #5