Discours d’inauguration de l’Opéra Confluence ce vendredi 24 novembre ©BàC

Ce vendredi 24 novembre a été inauguré l’Opéra Confluence d’Avignon. Ce théâtre éphémère tout en bois, situé en Courtine, accueillera ces deux prochaines années de nombreux spectacles pendant toute la durée des travaux de l’Opéra du centre-ville.

C’est en musique, au son des cors de l’ensemble du Conservatoire, que s’est ouvert un nouveau chapitre pour l’Opéra du Grand Avignon. Car cette année, nouvelle saison rime avec nouveaux locaux. En effet, pendant toute la durée des travaux de rénovation du théâtre à l’italienne de la place de l’Horloge, estimée à un peu plus de deux ans, c’est en Courtine et dans une structure éphémère tout en bois que les spectacles seront programmés.
« Ce soir je suis fier du travail collectif réalisé » a déclaré Jean-Marc Roubaud, lors de l’inauguration de l’Opéra Confluence, ce vendredi 24 novembre. Le président du Grand Avignon a tenu à féliciter le coordinateur George Bel, vice-président délégué aux Grands équipements et Spectacles vivants, et l’ensemble des équipes qui sont intervenues sur cette « opération compliquée en termes de sécurité et d’environnement ».

Un défi de taille

Pour concevoir cette nouvelle structure d’une capacité maximale de 950 places, le cahier des charges était strict. D’abord, il fallait que ce nouveau lieu de spectacles soit démontable et réutilisable, qu’il intègre les équipements scéniques propres à l’usage de l’opéra, que l’acoustique soit donc parfaite et qu’il soit réalisé en moins de 6 mois. Le tout avec un budget réduit. C’est donc du matériel venant notamment de Venise et de Liège qui a été recyclé.
Pari réussi par le cabinet d’architectes DE-SO basé à Paris, Avignon et au Vietnam, qui a livré cette grande « boîte » toute couverte de métal gris, qui comprend une scène de 450 m² et une fosse orchestre de 90 m².

Plusieurs phases de travaux

La première étape a été de réhabiliter l’atelier de Courtine afin que les studios de répétitions et de danse, l’atelier de costumes, le son, le matériel de machinerie, les bureaux … et pas moins de 60 agents puissent investir ces « nouveaux » locaux.

Puis, le Grand Avignon, maître d’œuvre des travaux, a mené à bien une deuxième et avant-dernière phase des opérations : la livraison de l’Opéra Confluence. Une solution qualifiée de “gagnant-gagnant” par Jean-Marc Roubaud pour que l’accès à la culture se poursuive. “C’est un outil qui permet à la fois que le spectacle continue, et que les abonnés et spectateurs de l’Opéra du Grand Avignon puissent s’adonner à leur loisir favori, qu’il n’y ait pas d’interruption (…) Cette nouvelle structure nous a permis de ne pas mettre le personnel de l’Opéra en difficulté, car il y aurait eu deux ans de chômage technique », nous confie le président du Grand Avignon au micro de BàC.

Une première pierre d’un quartier en devenir

Situé « hors les murs », face à la gare TGV, l’Opéra Confluence profite d’une implantation ambitieuse et stratégique, comme l’a rappelé Cécile Helle, lors de l’inauguration ce vendredi soir. Le maire d’Avignon espère que les amoureux de la culture se déplaceront dans ce futur quartier « Avignon-Confluence », dédié au « beau et à la modernité ». Un espoir que partage également le président du Grand Avignon : « Aujourd’hui il est indispensable de lier les quartiers. Ici, on accueillera à la fois des habitants, des entreprises, des commerces, des administrations. Et j’espère que l’on fera de ce quartier un quartier exemplaire au niveau qualité de vie et au niveau environnemental. »

A lire aussi notre article du 4/09/17 : L’Opéra du Grand Avignon fait le mur 

Jean-Marc Roubaud, Président du Grand Avignon

interrogé au micro de Jean-Christophe Villain pour BàC

Une navette qui vous emmène à l’Opéra

La navette Opéra est mise en place pour transporter le public facilement sur les différents lieux de spectacles. Elle  prend en charge les spectateurs sur l’ensemble des arrêts des remparts d’Avignon et les dépose à l’Opéra Confluence (Avignon), à L’Autre Scène (Vedène), à la Salle Jean Galia (Rochefort du Gard), au Château de Fargues (Le Pontet) et au Pôle Culturel Jean Ferrat (Sauveterre). Toutes les infos :  ICI