Le féminisme prend un coup de jeune avec la pièce “Mon Olympe” © Céline Zug

Le féminisme est au coeur du spectacle “Mon Olympe”. La pièce est jouée au Théâtre des Corps Saints jusqu’au 30 juillet à 22h20. Les cinq comédiennes s’emparent avec fougue de la cause des femmes d’aujourd’hui. Elles débattent de l’héritage reçu et refont le monde au féminin avec passion.

Le féminisme, c’est le sujet de cette première création de la toute jeune Compagnie des Mille Printemps. “Mon Olympe” a été écrite par Gabrielle Chalmont (23 ans) et Marie-Pierre Boutin (30 ans) qui souhaitaient “Parler de femmes de notre génération et du vacillement perpétuel entre contestation et résignation, qui nous anime“. Un travail enrichi de leur rencontre avec cinq jeunes-femmes d’une vingtaine d’années, toutes élèves, ou anciennes élèves, à l’école Claude Mathieu. Ensemble, elles ont fait des recherches autour des sujets de société : éducation, sexualité, engagement … où les femmes sont mises à mal. “Nous nous sommes regroupées une fois par semaine afin d’échanger, de parler et débattre autour du féminisme“. C’est ainsi qu’est née la pièce, portée par cinq comédiennes inspirées. Sarah Coulaud, Louise Fafa, Jeanne Ruff, Claire Bouanich et Maud Martel incarnent, plus qu’elles n’interprètent, les protagonistes Marie, Lucie, Jeanne, Louise et Simone. Des étudiantes qui ont pour habitude de se réunir dans un jardin public et d’y causer féminisme. Neuf mois que ces jeunes femmes débattent, réfléchissent, se chamaillent … et s’efforcent de réinventer le féminisme du XXI ème siècle.

Une nuit à la belle étoile

Autour du bac à sable l’excitation règne, Jeanne annonce au groupe qu’il va être l’invité d’une émission télé. “C’est fou quand même … on va passer à la télé ! Et puis de la bonne télé en plus !” s’enthousiasme Lucie. L’organisation de l’événement se met en place “Faut surtout pas qu’on est l’air hystérique” souligne à nouveau Lucie. Le temps leur échappe et les voilà enfermées dans le parc pour une nuit à la belle étoile. Coincées dans cet espace de verdure, entre contrainte et liberté, la peur s’installe “J’ai grandi dans les échos de Marc Dutroux, et avec le fantôme de la petite Estelle Mouzin moi” lance Marie. Dans l’hostilité de la nuit elles passent par toutes les émotions. Pudiquement elles baissent la garde et livrent une partie intime de leur vie, avant de se lancer dans une démonstration de Twerk, une danse entre le Twist et le Jerk, hilarante et “vulgaire“. Elles analysent aussi l’héritage de leurs aînées : “Si nos mères et nos grand-mères nous voyaient qu’est ce qu’elles diraient ?” se demande Simone. Les bouillonnantes amazones s’éveillent au petit matin fortes d’une expérience inoubliable. “Femme réveille-toi” disait Olympe de Gouges au XVIII ème siècle, ce à quoi cette bande de copines répond “L’urgence n’est pas tant de se réveiller mais de ne surtout pas s’endormir“. Ce qui ne risque pas d’arriver au spectateur tant la troupe est énergique et les dialogues percutants.

Mon Olympe

Théâtre des Corps Saints jusqu’au 30 juillet à 22h20

Durée : 1h25

Réservations : 04 90 16 07 50

Tarifs de 10 à 18 €