Présentation OFFDANSE #18 avec l’équipe de la Maison Golovine et la photographe Mirabelwhite ©Céline Zug

Voilà l’été au Golovine ! Et comme chaque année pour le Off, la Maison pour la danse a mis la barre très haut. Huit spectacles engagés qui mêlent danse contemporaine et hip hop sont au programme du 6 au 29 juillet prochains, une manière pour le théâtre de la rue Sainte Catherine, qui aime tisser des liens, de lutter contre la barbarie et l’aigreur ambiante. 

Nous voilà rassurés, « 2018 semble être un bon cru ! », c’est avec ces mots que Yourik Golovine, le directeur artistique de la Maison pour la danse de la rue Sainte Catherine a donné le ton lors de la présentation du OFFDANSE #18. Toute la sympathique équipe est donc « dans les starting blocks et bien en avance » pour accueillir les 8 spectacles qui se produiront du 6 au 29 juillet au Théâtre Golovine. Un OFFDANSE #18 durant lequel il sera question d’écologie, de résilience, de résistance, de femmes passionnées, d’hommes vulnérables, à travers “l’émergence de nouvelles formes chorégraphiques et la beauté de la création”. Une manière, pour ce haut lieu permanent de la danse créé il y a 40 ans par les danseurs étoiles Catherine et Georges Golovine, de lutter contre l’obscurantisme grandissant et le chaos. “Cet été nous sommes extrêmement fiers d’accueillir huit compagnies de danse qui défendent nos valeurs. Huit spectacles exigeants qui rempliront votre été d’images de rêves et d’énergie”  déclare Yourik Golovine en préambule.

Du hip hop sous toutes ses formes

Et ça commence dès 11h15, avec un spectacle « qui pulse ! » précise Yourik. La compagnie (1) Promptu, familière d’Avignon puisqu’elle y a remporté le concours chorégraphique les HiverÔclites en 2013, présente « Pierre et le Loup » un « incontournable ». Il s’agit bien sûr du célèbre conte symphonique de Prokoviev où enfant, chat, oiseau, canard, chasseur, grand-père et loup seront sur le plateau mais … en vrai. Tous ces personnages sont incarnés par de jeunes danseurs talentueux pour « un spectacle bondissant », pour petits et grands. À 12h30, changement d’ambiance avec « La Géographie du Danger », un spectacle de hip hop d’auteur, « de texte ». Ce solo de Hamid Ben Mahi est adapté du roman du journaliste écrivain Hamid Skif et raconte le parcours d’un étudiant clandestin qui vit caché pendant des mois dans une chambre de bonne. Une performance des corps et des mots accompagnée d’un environnement sonore puissant.

Puis, place à 14h30 à Nono Battesti, lauréat du prix du public du Off en 2016 avec Double. Cette année, le chorégraphe haïtien et sa compagnie Dessources reviennent avec « Trance », un spectacle qui mêle danse urbaine, contemporaine et musique transe live. « Ce spectacle est une pulsion de vie à l’énergie salvatrice » livre Yourik Golovine à son sujet. Ensuite c’est Abdennour Belalit, et ses danseurs « charpentés, très terriens » qui s’empareront du plateau de la Maison Golovine à 16h30 avec la création “Échos”. Une compagnie qui sème mots, paroles, gestes pour inviter à la réflexion, et faire écho à l’écologie et à l’environnement entre autres.
À 18h30, ce sont les 5 danseurs de la compagnie Tie Break qui se livreront à un spectacle de danse hip hop très énergique. Issue du groupe emblématique Pokemon Crew, cette team vous invite à découvrir « Lobby », une comédie musicale revisitée aux inspirations jazzy. Battles, acrobaties et performances techniques en tous genres sont au rendez-vous, sur la musique de l’artiste militante Nina Simone.

À 20H30, deux compagnies en alternance

Deux compagnies se partagent le créneau de 20h30. D’abord « Anna » de la compagnie Le Laboration Art Company. De la pianiste Clara Schuman, à la physicienne Lise Meitner, en passant par la résistante Sophie Scholl, en tout elles sont 5 (le chiffre fétiche de Laura Arend, la chorégraphe) à avoir inspiré ce duo féminin « sensuel, poétique et politique » (du 6 au 11 et 18 au 29/07). Puis, du 13 au 17 juillet, “Man” de Sophie Carlin traite du changement climatique : « peu de lumière, peu de décor, un non-danseur, Man est un travail adaptable du corps dansant dans l’espace » commente Yourik Golovine.

Bakus, la compagnie résidente

Enfin à 22h15, c’est la compagnie résidente du Golovine qui clôturera la journée avec « Glaucos ». Là encore danse, acrobaties, mine, jonglage … sont au programme de cette chorégraphique qui mélange aussi hip hop et parkour.
Quelques privilégiés ont leu la chance d’assister à l’avant première de ce spectacle qui était programmé il y a quelques jours. Une expérience que le Golovine veut développer dans l’avenir.

Vous l’avez compris, ce OFFDANSE #18 sera une nouvelle fois riche en rendez-vous et en émotion. “Hiver comme été, nous nous efforçons d’avoir le même degré d’exigence artistique afin de transmettre aux publics la danse dans ce qu’elle a de plus vibrant et les inviter au rêve, au voyage, à la réflexion, au partage …” conclut Yourik Golovine.

Pour compléter le plaisir des sens, “Attou”, l’exposition de Mirabelwhite autour du chorégraphe Kader Attou, sera présente pendant toute la durée du festival dans les couloirs et le bistrot cosy du Golovine.

OFFDANSE #18
Du 6 au 29 juillet 2018
Théâtre Golovine
1 bis Rue Sainte Catherine Avignon