Yourik & Christelle Golovine, Anahi Matteo © Céline Zug

L’artiste vidéaste-photographe Anahi Matteo expose ses œuvres  sur le mouvement au Théâtre Golovine jusqu’au 28 juillet. Un travail sur le long cours qui donne lieu à des clichés singuliers, bien à leur place dans ce temple de la danse avignonnais.

Le Théâtre Golovine ouvre ses portes à une artiste avignonnaise qui a su transcender la danse dans ses photos. Anahi Matteo est photographe et vidéaste, tout droit sortie de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts visuels de La Cambre de Bruxelles : “Du plus loin que je me souvienne j’ai toujours fait de la photo et j’ai toujours aimé ça.” Installée à Avignon depuis quelques années, elle a tout de suite trouvé sa place dans le milieu artistique du Vaucluse. Cette Belgo-uruguayenne sait prendre son temps pour capter ce mouvement qu’elle traque depuis près de six ans. “La danse a été une source d’inspiration dans ce travail mais pas seulement. J’ai voulu mener une réflexion plus large sur le mouvement. J’ai laissé le travail mûrir, j’ai avancé pas à pas, et j’ai fini par en sortir une série de clichés. J’aime prendre mon temps” explique Anahi Matteo. Loin d’être figuratives, ses captures d’images ont réussi le pari de figer le mouvement sans le rendre statique. En choisissant de travailler en pause lente, elle contrarie ce monde de vitesse qui est le nôtre : “Il y a une abondance d’images et une crudité, qui nous empêchent de voir la pertinence même de l’image. J’ai voulu lui rendre sa douceur et la décortiquer jusqu’à une certaine fluidité“. Les tirages sur aluminium, immergés de lumière, sont mis en valeur dans ce Théâtre Golovine, qui se prête à merveille à ce type d’exposition : en se laissant porter par cette alchimie entre image et histoire, c’est une flânerie poétique qui s’offre aux visiteurs.

“Mouvements” à voir les soirs de spectacles jusqu’au 28 juillet

Théâtre Golovine
1 bis rue Catherine, Avignon
Tél : 04 90 86 01 27