© Philippe Hanula

Scène permanente d’Avignon, le Théâtre du Chien Qui Fume ne se laisse pas abattre par la morosité ambiante. Son directeur Gérard Vantaggioli a mis ses amitiés au service d’une programmation qui n’a rien perdu de son “chien” et de sa superbe.

Lieu incontournable des scènes permanentes d’Avignon, le Théâtre du Chien Qui Fume n’a pas dit son dernier mot. Son directeur Gérard Vantaggioli fait face aux difficultés inhérentes à la culture et peut s’appuyer sur des amitiés de longue date : “Depuis plus de 20 ans, j’ai des amitiés solides et fidèles de comédiens qui se sentent bien dans ce théâtre. La saison a été conçue avec la même exigence de qualité, autour de la musique, du voyage et du théâtre, qui sont tout de même la base de ce qui se joue ici” a souligné le directeur du “Chien”. Marc Jolivet ouvrira les hostilités avec un spectacle qui a fait ses armes cet été durant le festival. Avec cet humour vachard qui a fait sa renommée, le comédien dresse le portrait ubuesque d’un monde qui ne tourne plus rond, et tire à vue tout azimut. Marguerite Duras servie par trois comédiens dans “L’amante anglaise”, voilà qui a du sens dans cette programmation ouverte aux auteurs subversifs. “Les ailes du désir”, création 2015 de Gérard Vantaggioli, a rencontré un joli succès dans le Off et retrouve ici une place de choix le temps d’un week-end. Les comédiens lui ont donné de l’intensité et la mise en scène a su souligner un propos humaniste transposé dans la cité papale. Un peu de musique avec “Les Guetteurs du ciel” qui adouciront les âmes amatrices de beaux textes servis par des arrangements épurés. Le Tango peut compter sur Lydia Mayo et son tempérament de femme amoureuse. Avec une volupté chaleureuse, la chanteuse revisite les grands classiques et fera onduler l’assemblée.

Le théâtre croise la route d’autres festivals

Depuis longtemps d’autres festivals s’installent dans ce théâtre plein de charme. Fest’Hiver en fait partie, l’occasion pour la compagnie “L’imprimerie” d’y présenter sa nouvelle création. “Devenir oiseau” est le fruit de la rencontre et du travail d’un historien et d’un comédien, autour d’archives relatives aux oiseaux. “Escales voyageuses” fêtera ses 20 ans de voyage, tandis que “Festo Picho” apportera sa touche fantaisiste de jeunesse avec “Princesse bonheur”. Les universités populaires du théâtre s’interrogeront sur le thème “réfléchir entre les deux tours”, remettant ainsi le théâtre à sa place dans l’agora de la réflexion. Cette nouvelle saison se dessine sous l’angle de la résistance chez un homme qui incarne ses valeurs à travers ses choix artistiques.

Théâtre du Chien qui fume
75 rue des Teinturiers à Avignon
Tél : 04 90 85 25 87
site : www.chienquifume.com

Marc Jolivet
Distributeur d’oubli

Vendredi 21 & samedi 22 octobre 2016 à 20h30

© DR