La Collection Lambert profite de son agrandissement pour installer des projets artistiques qui donnent la parole à la jeunesse, à l’image de l’expo « Au Cœur » de Thierry Thieû Niang, jusqu’a 6 novembre. Le Musée d’art contemporain se tourne également cet automne vers le photojournalisme et l’actualité.  Le réel questionne plus que jamais les visiteurs.

La Collection Lambert se veut un Musée d’art contemporain résolument tourné vers la jeunesse : “Les enfant sont les publics de demain” insiste Stéphane Ibars, chargé de la programmation culturelle et des relations publiques. “C’est souvent grâce à eux que les parents et les grands parents, qui sont un peu à l’écart du monde de la culture, vont pouvoir ouvrir la porte du musée et profiter des expositions“.

« Au Cœur » de Thierry Thieû Niang en route pour le Théâtre du Châtelet

Jean-Luc Choplin vient tout juste de prendre la présidence de la Collection Lambert. Cet homme de culture est aussi le directeur du Théâtre du Châtelet. À peine arrivé, il tombe en amour pour la création de Thierry Thieû Niang, “Au Cœur” et décide de bousculer sa programmation pour emmener cette troupe de 13 ados avignonnais à Paris. Présenté durant le Festival d’Avignon, ce spectacle de danse fut l’une des “claques” artistiques et émotionnelles de cette 70ème édition, attirant de nombreuses personnalités, Sophie Calle, Isabelle Huppert ou encore Laurie Anderson… Né à partir de la tristement célèbre photo du petit Syrien échoué sur une plage, cette création interroge les jeunes sur leur perception de ce monde violent et chaotique dans lequel l’image leur arrive brute et sans filtre. Pour ce spectacle, Thierry Thieû Niang s’est entouré d’ados du lycée Mistral et des centres sociaux de la ville, pour 6 mois de travail, d’échanges et d’assiduité.
L’exposition « Au Cœur », qui a inspiré le spectacle, reste visible à Avignon jusqu’au 6 novembre.

Quand l’actualité se visite

Autre bonne raison d’aller à la Collection Lambert cet automne : l’exposition de Christophe Gin, photographe journaliste invité pour son travail de terrain à la fois artistique et informatif. Cet autodidacte, décoré du prix Carmignac, donne une touche singulière à ses photos en noir et blanc, qui semblent peintes dès que l’on s’en éloigne. Aller là où personne ne va, c’est ce qui guide cet humaniste. Il capte la complexité du monde, sa violence et ses oubliés. L’homme sait se faire discret pour donner à son sujet une puissance émotionnelle qui prend aux tripes et cette première collaboration trouve toute sa place dans un Musée d’art contemporain. “Notre rôle, explique Stephane Ibars, c’est de montrer la représentation du monde à travers un regard singulier“.

Nan Goldin, Annette Messager et Amos Gitaï côte à côté

Au fil de la visite, on s’enrichit aussi des œuvres volantes d’Annette Messager, l’artiste plasticienne raconte ici une histoire entre légèreté et terreur. L’américaine Nan Goldin quant à elle, s’est emparée de l’enfance avec ce regard photographique un peu “borderline” qui la caractérise. Amos Gitaï, cinéaste israélien, revient sur l’assassinat d’Yitzhak Rabin avec des céramiques, photographies, installations vidéo et documents d’archives. Ce terreau nourrit une réflexion et des interrogations sur ce pays où la paix semble un espoir sans cesse repoussé.

“Au coeur” Exposition visible jusqu’au 6 novembre
Collection Lambert
5 rue Violette
à Avignon
Tél : 04 90 16 56 20

Rencontre avec Stéphane Ibars chargé de programmation culturelle et des relations publiques à la Collection Lambert – Musée d’Art Contemporain