Avignon Jazz Festival du 1er au 5 août au Cloître des Carmes
Jean-Michel Ambrosino, Michel Eymenier et Robert Quaglierini ©Céline Zug

Du 1er au 5 août, Avignon Jazz Festival investit le Cloître des Carmes pour une 27ème édition qui mêlera découvertes, retrouvailles et rencontres. Au programme, le Tremplin Jazz Européen et trois soirées concerts où se succéderont Kinga Glyk, Erik Truffaz et en clôture Joe Lovano et Dave Douglas. Tous les détails avec Michel Eymenier, le directeur artistique d’AJF.  

Tous les ans au tout début du mois d’août, le Cloître des Carmes d’Avignon assiste à un ballet, ou plutôt un chassé croisé artistique, puisque ici, sur les coursives de ce lieu mythique, les comédiens font place aux musiciens. Et cette année ne déroge pas à la règle. Avignon Jazz Festival, ses présidents Robert Quaglierini et Jean-Michel Ambrosino et surtout son équipe de bénévoles souriants et dévoués s’installent en plein cœur de la place des Carmes, du 1er au 5 août. Au programme de cette 27ème édition, un savant mélange de talents en devenir, de grands noms du jazz, le tout saupoudré d’une bonne dose de convivialité.

Le Tremplin Jazz Européen

Six groupes “ au niveau très élévé” ont été retenus sur la centaine de candidatures reçues cette année encore. Ces finalistes, qui se produiront lors du Tremplin Jazz Européen sont français, allemands, hollandais, et pour la première fois serbes. Preuve que le tremplin, devenu européen depuis 2000, à su s’exporter même auprès de nos amis des Balkans. Tous se disputeront le grand prix du Jury, avec à la clé, entre autres, un enregistrement à La Buissonne, prestigieux studio situé à Pernes les Fontaines, où sont notamment passés Ahmad Jamal et Brad Meldhau. Ces deux soirées sont gratuites et ouvertes à tous, les 2 et 3 août. C’est Jean-Paul Ricard qui présidera cette édition 2018. Une façon idéale de rendre hommage à celui qui est à la fois l’un des trois fondateurs, avec Alain Pasquet et Michel Eymenier, du Tremplin Jazz d’Avignon, mais aussi le président de l’AJMI, association bien connue des avignonnais, qui fête ses 40 ans cette année.

Découverte

Ce mercredi 1er août, la soirée d’ouverture, dédiée aux partenaires et au grand public, sera placée sous le signe de la découverte : On a voulu faire découvrir une jeune musicienne. Il n’y a pas tant de bassistes ou de contre-bassistes femmes que cela dans le jazz, nous confie Michel Eymenier, et c’est vrai que Kinga Glyk qui est une musicienne de 21 ans, est l’une des révélations qui a marqué la toile ” poursuit  le directeur artistique de AJF. C’est donc la jolie brune polonaise au million de vues sur Youtube, avec sa reprise de Tears in Heaven de Clapton, qui a la lourde charge d’ouvrir le bal. Avec son quartet, elle présentera son troisième album “Dream” au public du festival avignonnais.

Côté retrouvailles …

Avignon Jazz Festival se réjouit d’accueillir pour la troisième fois le trompettiste Erik Truffaz, “un ami de la famille”, sur la scène du Cloître des Carmes. Une scène qu’il connaît bien, pour s’y être produit déjà deux fois. “On est sur des retrouvailles” livre ému Michel Eymenier. Il faut dire qu’il y a maintenant 20 ans, le musicien suisse était déjà présent à Avignon, à l’occasion de la sortie de ses premiers albums chez Blue Note. Tous ses concerts, on les garde en mémoire. Il y a une alchimie incroyable entre le son et le souffle de la trompette de Truffaz et le lieu absolument magique qu’est le Cloître des Carmes”. Sa tournée anniversaire s’arrêtera donc à AJF où le trompettiste aux multiples effets se produira en quartet accompagné du charismatique Nya.

La scène new-yorkaise débarque sur les planches d’AJF

Enfin, pour refermer cette édition que l’on sait déjà prometteuse, place à une soirée d’exception qui réunit le monstre sacré Joe Lovano et l’un des plus grand trompettistes américains de la scène actuelle, Dave Douglas, pour un hommage à Wayne Shorter. “Je ne pensais pas pouvoir réunir ces musiciens là à Avignon, s’étonne encore le directeur artistique d’AJF. Ce sont des musiciens exceptionnels, des figures emblématiques de la scène new-yorkaise du jazz”. Le nom de leur quintet “Sounds Print”, programmé ce dimanche 5 août, est d’ailleurs un clin d’œil à l’une des compositions du grand saxophoniste-compositeur américain Wayne Shorter.

Vous l’avez compris une édition 2018 remplie de belles musiques, de rencontres, mais aussi d’échanges passionnés. “Avignon Jazz Festival ce sont des concerts, mais c’est aussi la volonté d’une belle aventure humaine qui dure depuis 27 ans, où chaque année, les jeunes musiciens, les musiciens confirmés, le public et les professionnels se retrouvent avec beaucoup de plaisir, de passion, beaucoup d’échanges … la vie quoi !” conclut enthousiaste Michel Eymenier.

Avignon Jazz Festival 
Du 1er au 5 août 2018
Au cloître des Carmes à Avignon 
Toute la programmation ICI

Michel Eymenier, le directeur artistique d'AJF

au micro de BàC