Le Festival “C’est pas du luxe” s’installe dans les quartiers Ouest d’Avignon en 2018 ©Céline Zug

Le Festival “C’est pas du Luxe” s’installera dans les quartiers Ouest d’Avignon du 20 au 23 septembre 2018. Après le Thor, Apt et Cavaillon, les organisateurs souhaitent lui donner une dimension nationale. Avignon, ville du spectacle vivant, s’est tout naturellement imposée comme le lieu idéal où ce beau projet solidaire pourra se pérenniser. 

“C’est pas du Luxe” a vu le jour dans la ville du Thor en 2012. Ce Festival, parrainé par Marie-Christine Barrrault, a pour objectif de mettre en lumière des projets artistiques co-construits par des personnes en situation de précarité et des artistes professionnels. Malgré le succès des deux premières saisons, la mairie n’a pas souhaité accueillir une troisième édition. En 2015, c’est donc la ville d’Apt qui prend le relai, et en 2017, ce festival atypique investit la Scène Nationale de Cavaillon “La Garance“. Désormais, “C’est pas du Luxe” recherche un lieu pérenne pour développer une fréquentation encore plus importante.

Avignon ouvre ses quartiers à “C’est pas du Luxe”

Mercredi 5 octobre, alors que se tenait à la Maison Jean Vilar, le séminaire autour de l’accès à la culture pour les plus démunis, l’association Le Village, organisatrice du festival, la Garance – Scène Nationale de Cavaillon et la Fondation Abbé Pierre, ont annoncé que “C’est pas du Luxe” s’installerait dans les quartiers Ouest d’Avignon du 20 au 23 septembre 2018. “Avignon, cité mondiale du spectacle vivant s’est imposée tout naturellement comme la ville d’accueil de la quatrième édition du festival, et souhaite contribuer pleinement à son développement” ont lancé d’une seule voix André Castelli, adjoint à la Mairie d’Avignon, Vincent Delahaye, directeur de l’association Le Village, Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre et Didier Le Corre, directeur de la Garance. Le parrain de cette édition 2018 sera le comédien Philippe Torreton.

Nouvelle étape et élargissement du réseau

Fort de l’expérience acquise lors des précédentes éditions, le festival “C’est pas du luxe” vise à élargir le réseau institutionnel et privé avec cette nouvelle étape. “Il ne s’agit pas là d’organiser un festival national de pauvres pour les pauvres, mais bel et bien de faire du lien avec du beau, de réunir toutes les composantes de notre société autour de l’art, d’une pratique artistique, dans une humanité et une fraternité retrouvées” a souligné Christophe Robert de la Fondation Abbé Pierre. La sensibilisation auprès des acteurs sociaux et culturels commence tout juste. Un long travail de fond attend bénévoles et salariés qui ne vont pas ménager leurs efforts pour que ce festival soit un grand cru culturel.