Christian Lacroix, Cécile Helle et Bernard Gamel-Cazalis pour l’exposition Mirabilis ©Céline Zug

Christian Lacroix est le chef d’orchestre de Mirabilis, la nouvelle grande exposition mise en place par le pôle Avignon Musée. Jusqu’au 13 janvier prochain, les visiteurs du Palais des Papes sont invités à découvrir dans la Grande Chapelle, le cabinet de curiosités du couturier arlésien à la renommée internationale. Une exposition qui représente de façon débridée l’immense richesse des 5 musées municipaux de la ville d’Avignon. 400 œuvres y cohabitent et sont mises en scène et en lumière à la mode “Lacroix”. 

« Mirabilis » incroyable, merveilleux, c’est sans aucun doute ce que s’exclameront les milliers de visiteurs qui auront la chance de découvrir la nouvelle grande exposition que la Ville d’Avignon et Avignon Tourisme proposent, dès ce samedi 30 juin. Installée dans la grande chapelle du Palais des Papes, Mirabilis offre une variété de 400 pièces, œuvres, objets et documents, issus des collections des 5 musées municipaux avignonnais. « C’est un grand jour nous livre Cécile Helle enthousiaste, lors de la visite presse. C’est une belle découverte !

Mirabilis, les Trésors muséaux d’Avignon dévoilés

L’idée de cette exposition revient au maire d’Avignon. « Je me suis dis qu’il était dommage que seulement 10% des œuvres des musées d’Avignon soient visibles, et en allant visiter leurs réserves, j’ai vu des choses que je considère comme magnifiques. On est parti sur cette idée là et c’est comme cela que nous avons travaillé avec Christian Lacroix et les conservateurs et conservatrices des différents musées de la ville et avec la Fondation Calvet, puisque la plupart des œuvres appartiennent à cette Fondation. Nous avons cheminé pour inventer cette magnifique exposition Mirabilis » nous confie Cécille Helle au micro de BàC .

Comment s'est construite Mirabilis - Collections d'Avignon ?

Cécile Helle, maire d'Avignon nous explique le cheminement de cette expo

Comment s'est construite Mirabilis - Collections d'Avignon ?

Cécile Helle, maire d'Avignon nous explique le cheminement de cette expo

“La curiosité n’a rien d’un vilain défaut “

Pour mettre en œuvre cette installation, Pascale Picard, a fait appel il y a un an à son ami le créateur Christian Lacroix avec qui elle avait travaillé par le passé au musée Réattu à Arles notamment. Lors d’un déjeuner, la directrice d’Avignon Musée, soumet au couturier l’idée d’un cabinet de curiosités à partir des collections des musées municipaux. Un seul mot d’ordre, donner envie aux nombreux visiteurs du Palais des Papes, à travers Mirabilis, de se rendre dans les cinq autres musées municipaux de la ville pour découvrir la richesse muséale avignonnaise. Et même si le temps dont disposait le designer pour mettre en œuvre ce gros chantier était assez court, il n’a pas hésité à relever un défi aussi séduisant.
« Le projet était tellement beau que cela ne pouvait pas se refuser, nous explique Christian Lacroix. Moi on me dit cabinet de curiosités, j’ai l’oreille qui frissonne. Je me suis dit aussi que l’on pouvait faire les choses de manière un peu impulsive. Que ce n’était pas non plus une exposition didactique, scientifique ou technologique, dans laquelle on allait. Que c’était tout simplement faire partager un goût, et des coups de cœur ” précise celui qui, petit, rêvait d’habiter en face du Palais des Papes.
Mirabilis s’est donc construite à “l’instinct” pendant une année et pour cela Christian Lacroix s’est inspiré notamment du travail d’Esprit Calvet. “Je me dit qu’Esprit Calvet était un peu comme un google de son époque à vouloir rassembler comme cela le savoir et être parmi les premiers à aller chercher et ramener des pièces d’Océanie …tout cela avec un goût très sur et une connaissance formidable ! ”

Autre source d’inspiration, ses albums préférés de Tintin : “Le secret de la Licorne” ou encore “Le Trésor de Rackham le rouge”. Le tintinophile qu’est Christian Lacroix a voulu, à la manière des planches représentant le bric-à-brac des frères Loiseau antiquaires, transmettre sa vision de son capharnaüm “où se côtoient des pièces reconnues et des objets qui ne verront jamais la lumières des grandes salles d’exposition,  (…) car pas assez bankables !” ajoute le couturier arlésien.

Pour Mirabilis, le travail des conservateurs et de Pascale Picard a donc été de raconter la genèse de chacun des 5 musées, d’en sortir la substantifique moelle, sans pour autant en déshabiller aucun, puisque l’idée est aussi de donner envie au public de Mirabilis de se rendre dans les 5 musées municipaux.  La scénographie s’organise autour des figures marquantes de l’histoire des musées avignonnais : Esprit Calvet, Esprit Requien mais aussi Jeanne De Flandreysy. Ici, dans ce “bric-à-brac de qualité”, Christian Lacroix met en scène, selon son univers, les sciences humaines et naturelles, les beaux-arts, la peinture, la sculpture… de toutes époques. Il fait se mélanger à sa manière et sans complexe, le masque de Rasteau du musée lapidaire, avec les papes du Palais du Roure. Une armure de samouraï (ôyoroi) avec des armures occidentales. Il ajoute de nombreux oiseaux, présents dans les vitrines, pour la beauté mais aussi sans doute pour signifier sa liberté. Et puis en guise de clin d’oeil, des petits cochons dont deux chinois recouverts de tissus orientaux, ceux qui ont inspiré les arlésiennes et plus largement les comtadines pour leurs célèbres costumes. “Rien n’est là au hasard, ces vis à vis sont d’une grande logique” ponctue Christian Lacroix.
D’ailleurs quand Christian Gamel-Cazalis, vice président de la Fondation Calvet, le qualifie de digne héritier d’Esprit Calvet, le couturier répond “C’est une gentille formule, je pense que  je suis curieux voilà ! Je suis curieux mais pas un scientifique …” .

"Qu'est-ce qui vous a séduit dans cette aventure ?"

Christian Lacroix scénographe de Mirabilis au micro de BàC

Viens me voir

Après la création d’Avignon Musées et du programme “Liberté, égalité, gratuité” (voir notre article, Les Musées en mode Gratuit, du 25 avril), la Ville d’Avignon invite les habitants d’Avignon, mais aussi les touristes à se rendre gratuitement dans les 5 musées municipaux, et ce depuis le 20 avril dernier. Après “Les Eclaireurs, Sculpteurs d’Afrique “de la Fondation Blachère, Mirabilis fait partie des initiatives culturelles qu’entreprend la ville pour renforcer l’attractivité touristique et territoriale d’Avignon et espère que cette visite de l’exposition signée Christian Lacroix, donnera envie au public de se rendre dans les autres musées de la ville Calvet, Lapidaire, Petit Palais, Requien, et Roure, pour découvrir la richesse muséale. “C’est aussi pour dire aux gens, qu’Avignon est une ville qui recèle vraiment de beaucoup d’atouts culturels et artistiques, ne vous cantonnez pas au Palais des Papes, même si c’est notre monument phare avec le pont d’Avignon et on le revendique. Mais cette ville est tellement belle et il y a tellement de pépites à aller découvrir et franchement les 5 musées de la ville méritent tous une visite.”

Avec l’arrivée de Mirabilis, l’entrée au Palais de Papes n’a pas été augmentée pour autant et conserve son tarif de 12 €. C’est aussi pour la ville, le moyen de faire redécouvrir le Palais des Papes avec cette nouvelle exposition de Christian Lacroix et de toucher des publics différents. Enfin, cela permet aussi de maintenir, sur la durée et notamment hors saison estivale, une fréquentation plus forte

Mirabilis, une grande expo qui fait écho au programme "Liberté, égalité, gratuité"

Cécile Helle, maire d'Avignon au micro de BàC

Mirabilis
Collections d’Avignon
Palais des Papes
Jusqu’au 13 janvier 2019