Article écrit  le 23 Mai 2017 ©BàC

Quatre lieux emblématiques avignonnais accueillent, du 2 juin au 1er octobre, « Hortus 2.0 », la toute nouvelle exposition du fonds de dotation EDIS. Douze artistes numériques revisitent le thème du jardin et de ses multiples transformations au fil d’un parcours sensoriel inédit.

C’est au Grenier à Sel, récemment acquis par le fonds de dotation EDIS, dont la mission est de favoriser la création numérique dans le sud de la France, que Régis Roquette et Mariel Méo ont présenté « Hortus 2.0 », leur toute nouvelle exposition. « Je suis heureux de vous recevoir enfin dans ce nouveau lieu qui s’est présenté à nous de façon tout à fait opportune. Je souhaite à présent qu’il vive à l’année », a commenté le philanthrope fondateur d’EDIS. Sur le thème du jardin et de ses métamorphoses artistiques, l’exposition « Hortus 2.0 » propose un parcours sensoriel original du 2 juin au 1er octobre sur plusieurs lieux emblématiques de la ville.

Herbiers numériques, végétations odorantes, sculptures végétales en 3D, jardin sonore, plantes tactiles… une trentaine d’œuvres est à découvrir au Musée Louis Vouland, l’épicentre de l’exposition. Elles sont signées Hicham Berrada, Vincent Broquaire, France Cadet… le jardin du Musée devient ainsi le lieu de toutes les métaphores et transfigurations artistiques.

Non loin du Musée, la Chapelle Saint-Charles accueille « Pleasant Places », l’installation monumentale de l’artiste italien Quayola, qui transforme une parcelle de la nature en une spectaculaire abstraction mouvante et immersive. On retrouve Vincent Broquaire au Musée Angladon – Collection Jacques Doucet ,où une série de vidéos d’animation sont à voir jusqu’au 27 août. L’artiste sera également présent à la Collection Lambert le 16 septembre à 18h30 pour une performance de réalité augmentée, basée sur une application révolutionnaire qu’il développe depuis 2010.

(Re)découvertes

Au-delà de la nouveauté numérique, « cette exposition est aussi une façon de porter un regard nouveau sur les œuvres permanentes des musées partenaires », remarque Mariel Méo, déléguée générale d’EDIS. L’occasion aussi de découvrir les douze artistes qui participent à l’aventure « Hortus 2.0 ». La palette est large : des pionniers de l’art numérique comme Michel Bret, Edmond Couchot et Antoine Schmitt, aux jeunes pousses et créateurs confirmés tels que Momoko Seto, Laurent Pernot… l’exposition est riche en talents.

Accessibilité et éducation

Favoriser l’accès et la sensibilisation aux différentes formes de création est une priorité pour EDIS. À cet effet, des visites guidées tous publics en français et en anglais sont au programme et des actions pédagogiques, en cours d’élaboration, seront détaillées prochainement.

Du jardin des délices au jardin-mémoire, de l’équilibre écologique à l’expérimentation technique, l’imaginaire très personnel des artistes exposés incite le visiteur à envisager les richesses patrimoniales de la Cité des Papes différemment. Une belle invitation à honorer, dès le 2 juin prochain, avant de découvrir “Hortuslab”, le deuxième volet de l’exposition prévu à l’automne au sein même du Grenier à Sel, désormais baptisé “Ardenome”.

Exposition “Hortus 2.0”
Du 2 juin au 1er octobre
Musée Louis Vouland, Chapelle Saint Charles, Musée Angladon-Collection Jacques Doucet, Collection Lambert à Avignon
Programme complet et tarifs ICI
Entrée libre à la Chapelle Saint Charles