PEF, Louse Bourgouin et Bruno Chiche au Capitole Studios Cinéma ©Céline Zug

C’est au Capitole Studios Cinéma que BàC a rencontré l’équipe du film “L’un dans l’autre” presque au grand complet. Autour du réalisateur Bruno Chiche, Louise Bourgoin et Pierre François Martin-Laval dit PEF. Dans cette comédie débridée, qui sort ce mercredi 20 septembre, elle c’est lui et lui c’est elle ! Explications.

Le body swap, quèsaco ? et bien c’est une grande tendance au cinéma. Si l’on vous dit : “Dans la peau d’une blonde”, “Ce que veulent les femmes” avec Mel Gibson, ou bien encore “Freaky Friday” avec Jamie Lee Curtis et Lindsay Lohan. Vous y voyez peut être un peu plus clair. C’est d’ailleurs cette comédie américaine sortie en 2003, où une mère et sa fille échangent leur corps, qui a inspiré le film de Bruno Chiche,”L’un dans L’autre”, qui sort ce mercredi 20 septembre. “C’est vrai que c’est dans l’air du temps d ‘explorer ce qu’est la féminité et la masculinité, mais là c’est un jeu de masques” précise le réalisateur.

L’histoire

Louise Bourgoin (Pénélope) est mariée à PEF (Éric), le bras droit et meilleur ami de Stéphane de Groodt (Pierre), entrepreneur dynamique, lui-même marié à Aure Atika (Aimée). Les deux couples se côtoient régulièrement. Jusque là rien d’anormal, le seul souci, c’est que Pénélope et Pierre entretiennent une liaison secrète et sont très amoureux l’un de l’autre … et là forcement cela se complique. Un soir, alors que les deux couples dînent ensemble, Éric fait l’annonce officielle de son futur mariage avec Pénélope, en prévision d’une adoption qui est sur le point de se concrétiser. Et là, c’est le drame ! Pierre est terrassé par ce qui est censé être une bonne nouvelle et demande à sa maîtresse de le rejoindre le lendemain sur son bateau, qui fait office de cachette à leurs ébats. Après une explication mouvementée, et pour signifier la fin de cet adultère, ils se laissent aller une dernière fois avant de rompre. Mais après cet ultime échange amoureux, les deux amants se réveillent chacun dans le corps de l’autre.

Une comédie décalée, proche du Vaudeville

Bruno Chiche, le réalisateur, entouré de Louise Bourgoin et Pierre François Martin-Laval, enchainent les rencontres avec les médias et les avant-premières avec le public. Tous accueillent le film avec enthousiasme. “Les gens rigolent bien dans les salles. Ce film c’est vraiment une comédie assumée, voulue. C’est un enfant désiré ! (…) Les gens du nord rigolent plus sur les scènes un peu sexuelles et les gens du sud sur les scènes de beuverie” nous livre dans un grand rire le réalisateur Bruno Chiche. Dans “L’un dans l’autre”, PEF incarne un mari trompé complètement à côté de la plaque : “J’ai un rôle qui est déjà très touchant à l’écriture, parce qu’il attend un enfant avec sa femme (à l’adoption ndlr) et lui se comporte comme si elle était enceinte( …) Il ne s’aperçoit pas du tout que sa femme lui échappe. C’est ça qui me faisait rire et puis surtout de ne rien comprendre de ce qui arrive à ma femme et mon meilleur ami”.

Elle c’est lui et lui c’est elle …

Pour protéger leur liaison secrète, Pénélope et Pierre vont devoir vivre la vie de l’autre. Tout comme Stéphane de Groodt, la belle Louise joue donc deux rôles, celui de Pénélope, une belle et plantureuse jeune femme et le rôle de Pierre le jeune entrepreneur, père de deux enfants. Un vrai rôle de composition : “Le plus difficile à l’époque, c’est que j’allaitais ! Donc c’est très dur de jouer un homme avec des fuites de lait (rires), nous explique l’ex miss météo de Canal+. Heureusement, Bruno Chiche nous a très bien dirigés. Il m’a un peu freinée. J’ai souvent fait fasse à mon propre sexisme sur le film. J’avais des images d’Épinal de la masculinité, surtout de l’homme de 50 ans, parce que c’est vrai que, c’est pas seulement un échange homme/femme , je prends aussi 15 ans après l’échange et j’avais, pour certains gestes du quotidien, tendance à être un peu dans le cliché. Parfois aussi on a plaisir à se vautrer dans la comédie, donc pour certaines choses on a gardé les petits excès”.
Cette nouvelle comédie “fantastique” d’échange de corps à la française, servie par des acteurs qui ont pour point commun d’être issus de la télévision avant d’avoir touché au grand écran, est donc à découvrir à partir de ce mercredi 20 septembre partout en France. Gags, clichés et situations cocasses voire parfois abracadabrantesques s’enchainent vitesse grand V, jusqu’à y perdre, par moment, un peu son latin. Mais au final  “L’un dans l’autre” s’avère être une bonne comédie qui permet d’effacer, le temps d’un film, les petits tracas de la rentrée.

Capitole Studios Cinéma
Reportage : 
Journaliste : Céline Zug
Images et Montage : Olivier Tresson