Rafaël Smadja sera en résidence au CDC Les Hivernales en novembre 2017 ©Céline Zug

Le mois de novembre sera marqué par plusieurs résidences d’artistes en pleine création au CDC Les Hivernales. Jann Gallois, Christian Ubl, Sylvian Bouillet et Rafaël Smadja viendront y peaufiner les spectacles qu’ils présenteront aux Hivernales 2018, du 23 février au 3 mars prochains.

La fin d’année sera fructueuse pour le CDC Les Hivernales avec des résidences, des ateliers et des rencontres autour des chorégraphes et des danseurs. Cette année, Les Hivernales fêteront leurs 40 ans. Un événement qui rayonnera sur tout le Grand Avignon avec des invités prestigieux et des spectacles inédits. Dans le cadre du rendez-vous mensuel des 19/20, Rafaël Smadja en sera l’invité (le 9 novembre à 19h).  Durant le Festival d’Avignon il était au Théâtre Golovine avec une création “Identité en crescendo” dans laquelle il évoluait seul en scène. La prochaine se nomme Sheol, et a été créée pour deux danseurs, un éclairagiste, une artiste sonore, une artiste visuelle, 17 pneus, 780 paquets de cigarettes et 150 mètres de câblages ! Sylvain Bouillet quant à lui, poursuit sa résidence qui s’étend sur trois ans, en tant qu’artiste associé du CDC. Jann Gallois revient après avoir présenté “L’éclosion des gorilles au cœur d’artichaut” durant le Festival d’Avignon 2017. Sa création, “Quintette”, ouvrira l’édition des Hivernales 2018.

Des ateliers pro et amateurs

Toutes ces résidences sont accompagnées d’ateliers destinés au public. Comme celui de Jann Gallois ouvert à tous (le 4 novembre 10-12h) qui donne l’occasion aux participants de découvrir son univers et toucher du doigt le processus de création. Rafaël Smadja animera un atelier quant à lui réservé aux professionnels, danseurs, chorégraphes et professeurs de danse. Ils profiteront de ses techniques et de ses bons conseils (le 7 novembre 10-11h30). Les ateliers pères-enfants mis en place par Sylvain Bouillet l’an dernier, vont connaître la consécration le 18 novembre  à 16h, avec une représentation publique. Les participants, pères et enfants, montreront leur travail basé sur des gestes simples de contacts, de portés… Une expérience inédite où le partage a été le leitmotiv du chorégraphe.

Plus d’informations : ICI