©BàC

Noir, au lait, blond ou blanc : les envies de chocolat se font de plus en plus pressantes à l’approche des fêtes. Visite des coulisses de la boutique-atelier d’Aline Géhant , artisan chocolatier du centre ville d’Avignon.

C’est en décembre 2009 qu’Aline Géhant ouvre sa boutique-atelier au 15, rue des Trois Faucons. Une date dont l’artisan se souvient avec émotion : « Nous avons ouvert en pleine période de Noël mais nous n’étions pas vraiment prêts ! » Sept ans plus tard, quasiment jour pour jour, la boutique croule sous les commandes. Période de fête oblige, le laboratoire chauffe.

Un profil atypique

Comment devient-on artisan chocolatier ? A l’origine, rien ne prédestinait Aline à cette activité mais les hasards de la vie en décident autrement. Après des études d’arts plastiques et une première année en IUFM, elle se rend très vite compte que le métier de professeur des écoles n’est pas pour elle. Direction la pâtisserie puis le chocolat… une révélation ! Et une vocation que son entourage ne comprend pas toujours : « être femme et chocolatier, c’est assez atypique mais je reste dans la création et la transmission, les deux composantes de ma formation initiale », remarque-t-elle. Aline se perfectionne à la Maison du Chocolat à Paris avant de poser sa « malette d’apprentie » dans le sud et d’ouvrir sa chocolaterie « made in Avignon ». Le succès est tel que « La Femme Chocolat » reçoit deux fois la visite du chroniqueur gastronomique Jean-Luc Petitrenaud. La boutique devient vite une étape incontournable pour les touristes du monde entier.

Apprendre à déguster le chocolat

Praliné pistache, noisette, craquant, coco ou ganache miel, badiane ou cannelle, il y en a pour tous les palais chez Aline Géhant. De son enfance à la Réunion et au Mali, elle garde le goût de l’exotique. Mais c’est sur le midi que se concentre son tout dernier best-seller « Noir de Provence », un chocolat sur-mesure composé de fèves de cacao de Grenade et du Ghana, fruit d’un an de recherche en collaboration avec la célèbre chocolaterie française Valrhona. Innover, balayer les idées reçues et éduquer les papilles, tel est le créneau de la Maison Géhant : « Chocolat noir ou chocolat au lait, pour moi, c’est du chocolat ! Le noir c’est pour la dégustation et le lait, pour la relaxation », précise-t-elle, avant d’ajouter en toute honnêteté : « le chocolat blanc, c’est de la confiserie. On est sur du gras et du sucre ». Son chocolat blond croquant n’échappe pas à la règle… mais il est à se damner ! Peu importe donc sa couleur, en cette période de fêtes, le chocolat revêt ses plus beaux habits et peut se déguster avec une coupe de champagne, un verre de vin rouge ou de whisky. Les plus raisonnables peuvent le réserver pour le dessert, sans craindre pour autant les « mauvaises » calories, à condition de bien choisir : « Plus un chocolat est fort en cacao, moins on a de sucre mais le sucre est un exhausteur de goût, donc il en faut un minimum. Tout est affaire de quantité ! » conclut Aline Géhant.Vous voilà rassurés ? Alors craquez !

Aline Géhant Chocolatier
15, rue des Trois Faucons – Avignon

04.90.02.27.21