© DR
Manu Lanvin sera sur la scène du Avignon Blues Festival, ce vendredi 14 octobre. A quelques jours de sa « Carte blanche », le french bluesman a accordé en exclusivité une interview à Boîte à Culture. Confidences par téléphone, entre deux wagons de TGV …

«Disons que j’ai réuni des gens que j’aime et que je connais depuis mon plus jeune âge» déclare enthousiaste Manu Lanvin. Paul Personne, Ahmed Mouici, la chanteuse new-yorkaise Sweet Georgia Brown, l’harmoniciste Greg Zlap, le guitariste texan Neal Black, et même Dani, l’ex-égérie de Gainsbourg et Warhol. «Pour Dani, j’ai eu la chance d’être élevé dans sa maison dans le Vaucluse, pas très loin d’Avignon. Il y avait plein d’instruments chez elle (…) J’avais réuni tous les copains de Villedieu, à 7km de Vaison-la-Romaine, et j’ai monté le groupe de la ville. J’avais 7 ans et je me rappelle que dès les premières notes, j’ai compris qui allait falloir beaucoup beaucoup de travail !» s’amuse t-il. Tous ces « artistes-amis » ont donc répondu à l’invitation de Manu pour une soirée exceptionnelle, à l’initiative de Michel Laporte, le boss du Avignon Blues Festival.

Le guitariste sera incontestablement très bien entouré vendredi pour ces 3 heures de spectacle blues, soul et rock’n roll. Un concert que Manu n’a pas pris à la légère : « Sur 3 heures de spectacle, on ne peut pas se contenter d’un bœuf, il faut qu’il y ait une ligne de conduite, mais rassurez-vous ça n’empêchera pas des petits changements de programme improvisés ! »

Autre invité de marque, Gerard Lanvin. Le papa sera lui aussi présent ce vendredi. « Il est avec nous, il nous accompagne, on verra si ça le tente de venir faire les chœurs avec nous », précise le fiston. « La musique c’est une histoire de famille et d’amitié, moi je fonctionne beaucoup comme ça. »

Cette soirée “Carte blanche” sera sans doute aussi l’occasion de découvrir quelques titres du nouvel album de Manu Lanvin, sorti fin septembre.«Blues, Booze & Rock’n’Roll, nous ramène vers le Chicago de la fin des années 50, quand Etta james, Muddy Waters et Little Walter étaient les stars de l’époque, avec un son gras, roots, rugueux digne des fameux studios Chess.» Nostalgie ?  «Non, c’est une remise au goût du jour, la modernité est là, notamment avec une basse généreuse, plus proche des productions actuelles ». Quant au titre de l’album, qu“on pourrait traduire par «Blues, Bibine et Rock’n’roll», c’est aussi une remise au goût du jour de la culture des musiciens du Delta mais cela va plus loin. «Avec les événements de ces derniers mois, notamment au Bataclan, on peut être taxé de faire le mal en jouant du blues ou du rock’n’roll, Pour moi faire de la musique, boire de l’alcool et s’amuser, ce n’est pas faire du mal, c’est juste être bien ensemble ..

Carte Blanche à Manu Lanvin
Avignon Blues Festival
Vendredi 14 octobre 2016
Salle de Montfavet

Confidences de Manu Lanvin par téléphone, entre deux wagons de TGV …